Le FN : un casse-tête pour la droite

le
3
Faut-il « diaboliser » le Front national au risque de servir les intérêts de la gauche ? Faut-il écouter les attentes des électeurs FN et tenter d'y répondre ? Faut-il s'allier en bonne et due forme avec le parti lepéniste ? Depuis trente ans, la droite est face à cette équation insoluble. Récit de ces années tumultueuses.

Un «feu de paille», avait prophétisé Jacques Chirac. Il y a près de trente ans. Fondé en 1972, le Front national n'émerge dans la vie politique qu'en 1983. C'est le «tonnerre de Dreux». Qui ne tonne pourtant pas par hasard. En septembre 1983, lors d'une municipale partielle, le RPR et le FN (alors conduit par Jean-Pierre Stirbois) fusionnaient leurs listes entre les deux tours, permettant l'élection d'un maire RPR, Jean Hieaux. Cris d'orfraie, anathèmes, charivari d'une gauche qui crie au «fascisme». Le président du RPR n'interdit rien, mais tord quand même la bouche: «alliance contre nature». Pourtant, six mois plus tôt, le RPR et le FN avaient, dans l'indifférence générale, fait liste commune dès le premier tour.

Non sans raison. Localement, ce petit monde se connaît bien. Ils viennent souvent du même monde. Certains futurs leaders nationaux de l'UDF ou du RPR ont dans leur jeunesse participé à la naissance du FN en 1972. Le FN n'est encore qu'une droite radi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • miez1804 le vendredi 1 juin 2012 à 17:14

    @g.joly1: l'extreme gauche, les verts et le modem non plus!!!

  • bercam01 le vendredi 1 juin 2012 à 14:14

    Les caciques de l'UMP n'ont toujours rien compris à la situation : espérons que leurs électeurs sont plus intelligents...

  • M4189758 le vendredi 1 juin 2012 à 13:26

    JPi - Si notre droite était bonne, enfin juste meilleure que Martine avec de meilleures idées, le FN ne serait pas un problème. Mais voilà, nous avons Copé à la tête (?) de la droite. Et les idées y sont ...trop courtes.