Le FN se sépare à nouveau d'un candidat aux municipales

le
0

STRASBOURG (Reuters) - Le Front national a retiré son investiture à sa tête de liste pour les élections municipales de 2014 à Rixheim, une commune de l'agglomération mulhousienne (Haut-Rhin), en raison de ses dérapages sur les réseaux sociaux.

C'est au moins la troisième fois que le parti de Marine Le Pen, en quête de respectabilité, doit déjuger l'une de ses têtes de liste en raison de propos jugés outranciers.

A Rixheim, commune de 13.000 habitants, c'est le candidat lui-même, Joris Hanser, un étudiant âgé de 20 ans, qui a annoncé son éviction mardi sur sa page Facebook.

"J'ai reçu fin octobre une lettre me disant que j'étais démis de ma tête de liste", a-t-il dit mercredi à Reuters.

"On me reproche des propos homophobes, racistes et xénophobes", a-t-il précisé en accusant la presse locale d'avoir monté en épingle des formules hasardeuses.

"A Brignoles, ce matin, die Ausweise (papiers d'identité) étaient à retirer en sous-préfecture", avait-il écrit sur Twitter, au lendemain de la victoire le 13 octobre d'un candidat du Front national à la cantonale partielle organisée dans le Var. La formule avait été considérée comme une référence à l'occupation allemande.

Le jeune homme, petit-fils d'un ancien maire de Rixheim, s'est également fait remarquer sur les réseaux sociaux en soutenant le président syrien Bachar Al Assad ou l'ancien dirigeant des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, actuellement jugé par le tribunal pénal pour l'ex-Yougoslavie.

En 2011, il avait insulté le procureur de Mulhouse après une condamnation infligée au responsable régional du Front national pour des propos publiés sur un site internet.

"Ce sont de petits égarements qui ont été exploités par les journalistes. C'est un peu bas. Ils ont profité de mon jeune âge", affirme Joris Hanser qui entend rester au FN mais se consacrer désormais à la suite de ses études d'infirmier.

Le mois dernier, le Front national avait démis coup sur coup sa tête de liste pour les municipales à Strasbourg, André Kornmann, qui proposait d'employer des chiens d'attaque pour rétablir l'ordre dans les cités et celle de Rethel (Ardennes), Anne-Sophie Leclere.

Celle-ci avait réalisé un photomontage, diffusé sur Facebook, où Christiane Taubira était comparée à un singe.

Mardi, c'est Nadia Portheault, tête de liste du FN à Saint-Alban, dans la banlieue de Toulouse, qui a remis sa démission, ainsi que son mari, en accusant des responsables du parti de tenir des "propos néonazis et fascistes". Le Front national a annoncé qu'il déposerait une plainte en diffamation contre le couple.

Gilbert Reilhac, édité par Yann Le Guernigou

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant