Le FN revendique six villes, mieux qu'en 1995

le
0
LE FRONT NATIONAL DONNÉ GAGNANT DANS AU MOINS SIX VILLES
LE FRONT NATIONAL DONNÉ GAGNANT DANS AU MOINS SIX VILLES

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le Front national a fait mieux qu'en 1995 en remportant dimanche au moins six villes au second tour des élections municipales, dont des villes moyennes comme Béziers (Hérault) et Fréjus (Var), ainsi que Hayange (Moselle).

La présidente du FN, Marine Le Pen, a également revendiqué Beaucaire (Gard), Cogolin (Var) et Villers-Cotterêt (Aisne).

En 1995, trois candidat du FN avaient été élus maires dans le Sud-Est de la France : Jean-Marie Le Chevallier à Toulon (Var), Jacques Bompard à Orange (Vaucluse) et Daniel Simonpieri à Marignane (Bouches-du-Rhône).

"Il y a les villes qui sont gagnées et puis il y a, je l'espère, plus d'un millier, peut-être même 1.200 conseillers municipaux qui seront élus et qui vont, demain, continuer la deuxième étape de cette implantation locale", a déclaré Marine Le Pen sur France 2 après l'annonce des premiers résultats.

"Nous passons une nouvelle étape. Aujourd'hui, le Front national bouscule le traditionnel duo UMP-PS", a-t-elle ajouté. "Il faut désormais compter avec une troisième grande force politique dans notre pays."

Forte de ces résultats et du recul de la gauche dont ils sont une manifestation, la présidente du FN a réclamé l'abandon du "pacte de responsabilité" proposé par François Hollande aux entreprises pour relancer l'investissement et l'emploi et sortir la France de la crise économique et sociale.

"C'est ça la seule grande décision qui doit être annoncée dès ce soir", a-t-elle dit. "Il faut enterrer ce pacte de responsabilité qui va entraîner 50 milliards d'euros (...) de pressions fiscales diverses et variées sur les classes populaires et les classes moyennes."

LE FN MIS EN ÉCHEC À FORBACH ET AVIGNON

A Béziers, ville de 70.000 habitants, l'ancien journaliste Robert Ménard, soutenu par le FN et arrivé en tête au premier tour, obtient 47,2% des suffrages, selon l'institut TNS-Sofres et Sopra.

Le socialiste Jean-Michel Du Plaa, troisième au premier tour s'était maintenu en dépit des consignes du PS de se retirer au profit du candidat UMP-UDI, provoquant une triangulaire.

"Ce soir, Béziers se libère de 20 années de mauvaise gestion mais c'est une libération joyeuse, positive", a déclaré Robert Ménard, qui s'est voulu immédiatement rassurant.

"Ce soir ce n'est pas la victoire d'un parti, ce n'est pas la victoire de la moitié de la ville sur l'autre moitié. C'est une victoire sans vaincus car c'est une victoire républicaine dans une élection démocratique", a-t-il déclaré. "Ceux qui se complaisent à faire peur jouent contre la République."

A Fréjus, également dans le cadre d'une triangulaire, le candidat FN David Rachline obtiendrait 45,6% des voix dans cette ville de 63.000 habitants, selon TNS-Sofres-Sopra.

A Hayange, où sont implantés les deux derniers hauts-fourneaux de l?usine ArcelorMittal de Florange dont l?arrêt a été entériné il y a un an après une longue bataille, le maire socialiste sortant, Philippe David, a reconnu sa défaite.

Selon lui, c'est le candidat du FN Fabien Engelmann, employé municipal de 34 ans et ancien militant de la CGT, qui devrait remporter cette ville emblématique avec 36% des voix face à trois autres candidats.

Le maire UMP de Bordeaux, Alain Juppé, réélu dès le premier tour dimanche dernier, a minimisé la percée du FN.

"Je ne vois pas de vague Bleu Marine", a-t-il déclaré en mettant en avant les défaites du FN à Forbach (Moselle) et à Avignon (Vaucluse).

L'avocat Gilbert Collard, autre candidat soutenu par le FN, a pour sa part été battu à Saint-Gilles (Gard).

(Avec service France, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant