Le FN en passe de gagner son pari aux municipales

le
0
LE FN EN PASSE DE GAGNER SON PARI AU PREMIER TOUR DES MUNICIPALES
LE FN EN PASSE DE GAGNER SON PARI AU PREMIER TOUR DES MUNICIPALES

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le Front national semble en passe de gagner son pari et de s'imposer comme troisième acteur clef des élections municipales, au vu des premiers résultats du premier tour de dimanche, avec des perspectives de victoire dans plusieurs villes.

Le secrétaire général du FN, Steeve Briois, était même crédité de plus de 50% des voix à Hénin-Beaumont après le dépouillement de 13 des 18 bureaux de votes de cette ville du Pas-de-Calais dont le parti d'extrême droite a fait un symbole.

Selon ces résultats, le maire sortant Eugène Binaisse (divers gauche) ne recueille que 31% des voix. Si ce score était confirmé, le FN remporterait pour la première fois une ville depuis 1995 et ce dès le premier tour.

A Béziers, dans l'Hérault, le candidat du FN, l'ex-président de Reporters sans frontières (RSF) Robert Ménard, recueillait pour sa part près de 48% des suffrages, selon une estimation Ipsos, loin devant son adversaire de droite.

A Saint-Gilles, dans le Gard, c'est la liste de l'avocat Gilbert Collard qui est en tête avec plus de 40% des voix.

Le parti de Marine Le Pen était également en tête dans plusieurs autres grandes villes, comme Fréjus (Var), Perpignan (Pyrénées orientales) ou Forbach (Moselle), où la liste du vice-président du FN, Florian Philippot, était créditée de 35,75% des voix contre 33% au maire sortant socialiste.

Dans nombre d'autres villes, les listes FN sont en position de se maintenir au second tour, dimanche prochain, et de troubler le jeu entre la gauche et l'opposition UMP-UDI.

"C'est la fin de la bipolarisation de la vie politique française, le Front national arrive comme une grande force autonome, une grande force politique, plus seulement nationale, mais également locale", a déclaré Marine Le Pen sur TF1.

"RÉVÉLATION DE LA SOIRÉE"

"C'est une des révélations de cette soirée", a-t-elle ajouté. "Le Front national s'implante comme il voulait le faire, et il s'implante avec un cru assez exceptionnel."

Le FN a présenté 596 listes, soit quelque 21.700 candidats, chiffre record pour le parti de Marine Le Pen.

Il bénéficie de l'impopularité du gouvernement et du président François Hollande et des "affaires" à répétition dans lesquelles, à droite, l'UMP reste empêtrée.

Avant le premier tour, ses dirigeants disaient miser sur un vote sanction et dix à 15 victoires.

Les dirigeants socialistes ont de nouveau lancé un appel à la constitution d'un front républicain avec l'opposition de droite pour empêcher le FN de conquérir la moindre ville.

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, réélu dès le premier tour dans sa ville de Meaux, a pour sa part réaffirmé la position "ni ni" de son parti.

"Nous n'appellerons jamais à voter pour le Front national mais pas non plus pour un Parti socialiste qui est allié au Front de gauche", a-t-il dit sur France 2.

Marine Le Pen a dénoncé une volonté d'empêcher 20% à 25% des électeurs français d'avoir "ne serait-ce qu'un seul maire".

"Les Français viennent de reprendre leur liberté", a-t-elle ajouté à l'adresse des dirigeants de gauche et de droite. "Aujourd'hui, ils ont fait sauter votre bipolarisation, qui fait que depuis des années vous enfermez la France dans un faux choix droite-gauche, gauche-droite."

(Avec Pierre Savary à Lille et Service France, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant