Le FN a enfin vendu le «Paquebot»

le
0
En annonçant lui-même la transaction mercredi, Jean-Marie Le Pen, créancier de sa fille Marine, montre qu'il garde la main sur les finances malgré son départ de la présidence du parti.

Marine Le Pen s'est débarrassée d'une épée de Damoclès qui pesait sur sa campagne présidentielle de 2012: l'ancien siège du Front national à Saint-Cloud, surnommé le «Paquebot» est «définitivement vendu» pour une somme d'environ «dix millions d'euros», a annoncé mercredi Jean-Marie Le Pen. L'acquéreur, de nationalité française, possède une chaîne «d'établissements de santé et de retraite» a-t-il précisé. «Nous sommes tous extrêmement soulagés, a ajouté Marine Le Pen. Nous allons pouvoir finir de payer nos dettes.»

La candidate du FN à l'Élysée est sauvée par le gong. La Société générale, qui disposait d'une hypothèque sur le «Paquebot» avait engagé voilà un mois une procédure de saisie immobilière devant le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour vendre le bâtiment aux enchères. La banque exigeait le remboursement de sa créance, qui s'élèverait à 5,4 millions d'euros. Si cette procédure avait abouti, le FN a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant