Le FN a adopté le nom de son rassemblement pour juin

le
1
Le FN a adopté le nom de son rassemblement pour juin
Le FN a adopté le nom de son rassemblement pour juin

PARIS (Reuters) - Le Front national n'envisage pas pour le moment de changer de nom mais a choisi de se présenter sous l'appellation "Rassemblement bleu Marine" aux élections législatives de juin, a-t-on appris mardi auprès de sa direction.

Ce nom avait été déjà évoqué la semaine dernière par Louis Aliot, le vice-président du FN.

Une autre marque, "l'Alliance pour un rassemblement national" avait été déposée auprès de l'Institut national de la propriété industrielle le 12 janvier par Louis Aliot, également porte-parole de la campagne présidentielle de Marine Le Pen.

"Mais le nom a été changé depuis", précise-t-on.

Marine Le Pen entend conduire un rassemblement incluant des ex-chevènementistes, villiéristes et gaullistes aux législatives de juin, où le FN espère obtenir des élus pour la première fois depuis 1986.

Elle n'a pas exclu, dans Le Monde, de réfléchir à la question d'un éventuel changement de nom du FN si cette alliance était un succès. Mais le sujet n'est pas d'actualité.

La présidente du FN est en position d'arbitre pour le second tour de l'élection présidentielle après son score de 17,9% au premier tour.

Lundi, Jean-Marie Le Pen s'était déclaré opposé à tout changement de nom du FN, même s'il approuve le principe d'un rassemblement électoral pour les législatives de juin.

Le fondateur du FN répondait à Gilbert Collard, le président du comité de soutien de Marine Le Pen, qui voudrait profiter du bon score de la candidate au premier tour de la présidentielle pour incarner une "nouvelle droite" et changer de nom.

"On fonde un autre parti quand on a fait faillite, pas quand on a du succès", a-t-il dit à des journalistes en marge du bureau politique du mouvement, au siège de Nanterre (Hauts-de-Seine).

Jean-Marie Le Pen a également récusé le terme de "nouvelle droite" employé par Gilbert Collard, soulignant que le FN se voulait "ni de droite, ni de gauche". "On continue sur la voie qui est la nôtre", a-t-il dit.

Patrick Vignal et Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.e le mardi 24 avr 2012 à 14:37

    beaufs minables qui sont le futur et ega pasbelle