Le FMI relève ses prévisions mais s'inquiète des prix

le
1
LA CROISSANCE MONDIALE REVUE À LA HAUSSE PAR LE FMI
LA CROISSANCE MONDIALE REVUE À LA HAUSSE PAR LE FMI

par Anna Yukhananov

WASHINGTON (Reuters) - Le Fonds monétaire international (FMI) a revu en hausse mardi sa prévision de croissance de l'économie mondiale pour la première fois depuis près de deux ans, estimant que l'accélération progressive de la reprise dans les pays avancés permettrait de compenser le ralentissement des pays émergents.

L'organisation basée à Washington a toutefois noté que la croissance des pays les plus riches restait inférieure à son potentiel et elle a ajouté la déflation à la longue liste des risques susceptibles de freiner leur reprise.

Dans la dernière mise à jour de ses "Perspectives économiques mondiales", le FMI prévoit une croissance mondiale de 3,7% cette année, soit 0,1 point de plus que prévu en octobre. Pour 2015, il table sur une croissance de 3,9%.

Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI, a souligné qu'un contexte moins incertain, des politiques d'austérité moins sévères et l'assainissement du système bancaire favorisaient cette accélération de la croissance.

"La raison essentielle derrière la reprise vigoureuse est la levée progressive des freins à cette reprise", a-t-il déclaré mardi lors d'une téléconférence de presse.

Le FMI a relevé sa prévision pour les pays avancés à 2,2% contre 2,0% il y a trois mois, tout en laissant inchangée, à 5,1%, sa prévision pour les pays émergents, dans lesquels l'augmentation des exportations vers les pays riches devrait être contrebalancée par une demande intérieure moins dynamique.

Olivier Blanchard a parallèlement souligné le risque non négligeable de déflation en zone euro.

"Nos modèles montrent une probabilité de 10 à 20% que l'inflation devienne négative (dans la zone euro)", a-t-il dit. Il a toutefois ajouté que le scénario central du FMI prévoyait toujours une hausse des prix.

L'économiste a appelé la Banque centrale européenne (BCE) à faire tout ce qui était en son pouvoir pour stabiliser les anticipations d'inflation et pour relancer la demande en zone euro, ce qui passe par un soutien au crédit.

NE PAS RELEVER LES TAUX TROP VITE

Les Etats-Unis figurent parmi les points positifs du rapport du FMI, un accord budgétaire au Congrès ayant permis de limiter la réduction des dépenses de l'Etat qui pesaient sur la demande intérieure.

Le FMI est également optimiste sur la Grande-Bretagne, dans un contexte de crédit bon marché et de confiance accrue et a relevé sa prévision de croissance de 1,9% à 2,4% pour 2014.

Les prévisions pour le Japon ont également surpris dans le bon sens après près de deux décennies de déflation, le FMI estimant que les mesures de soutien à la croissance compenseront l'impact négatif de la hausse prochaine de la TVA.

Plus généralement, le FMI appelle les banques centrales à éviter de relever trop rapidement leurs taux d'intérêt tant que la croissance resterait fragile.

Il a également averti que certains pays en développement, notamment ceux qui souffrent de déficits courants importants, pourraient être très affectés par un reflux de capitaux lié à la réduction progressive du rythme des injections de liquidités de la Réserve fédérale via des achats massifs d'actifs.

Il se peut que les banques centrales n'aient pas beaucoup de marge de manoeuvre dans les économies émergents qui tournent souvent à pleine capacité, a souligné l'organisation. Pour ces pays, "la principale démarche pour soutenir la croissance doit être de poursuivre les réformes structurelles", estime le FMI.

Il a distingué la Chine, appelant la deuxième économie mondiale à avancer plus vite vers une croissance s'appuyant plus sur la consommation et moins sur l'investissement.

Le Fonds s'attend à ce que l'économie chinoise connaisse une croissance de 7,5% cette année et 7,3% l'an prochain, ce qui serait son rythme le plus lent en plus de dix ans.

Anna Yukhananov, Marc Angrand et Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le mardi 21 jan 2014 à 16:55

    Peut-être, un jour, ces organismes auront un peu de bon sens, et ils diront des choses sensées...encore un peu de patience...!!!

Partenaires Taux