Le FMI réduit ses prévisions de croissance à cause des émergents

le
0
RÉVISION À LA BAISSE DE LA PRÉVISION DE CROISSANCE MONDIALE DU FMI
RÉVISION À LA BAISSE DE LA PRÉVISION DE CROISSANCE MONDIALE DU FMI

LONDRES (Reuters) - Le Fonds monétaire international a revu en baisse ses prévisions pour la croissance mondiale du fait d'un ralentissement plus marqué qu'anticipé dans les pays émergents, alors que la reprise reste "modeste et inégale" dans les économies avancées.

Dans ses perspectives économiques mondiales actualisées publiées mardi, le FMI souligne en outre que les risques associés à ces prévisions sont de nature baissière et "basculent désormais vers les pays émergents".

Ses économistes n'attendent plus que 3,4% de croissance pour l'économie mondiale cette année, puis 3,6% l'an prochain, soit dans les deux cas 0,2 point de moins que dans leurs prévisions d'automne publiées en octobre, après 3,1% en 2015.

Ils restent toutefois plus optimistes que ceux de la Banque mondiale, qui entrevoient une croissance globale limitée à 2,9% cette année après 2,4% en 2015.

L'essentiel de leur révision porte sur les pays émergents et en développement, dont la croissance ne serait plus que de 4,3% (-0,2 point) en 2016 puis 4,7% en 2017 (-0,2 point également) après 4,0%, le niveau le plus bas depuis la crise financière de 2007-2008, en 2015.

Mais ils abaissent aussi de 0,2 point leurs anticipations pour les Etats-Unis, à 2,6% pour 2016 comme pour 2017, jugeant que, si l'activité y reste résiliente, la vigueur du dollar pèse sur le secteur manufacturier et la baisse des cours du pétrole sur l'investissement dans le secteur minier.

Pour la zone euro, le FMI attend 1,7% cette année (+0,1 point) et ne change rien pour 2017 (1,7% également).

REDOUTABLES DÉFIS

S'il se montre un peu plus optimiste pour l'Allemagne (1,7% en 2016 puis 1,7%, soit 0,1 point et 0,2 point de plus que précédemment), il l'est moins pour la France avec des prévisions à 1,3% (-0,2 point) puis 1,5% (-0,1 point) pour l'année en cours et la prochaine.

S'agissant des pays émergents, le FMI ne change rien à ses anticipations pour la Chine (6,3% en 2016 et 6,0% en 2017) du fait principalement du ralentissement de l'investissement qui accompagne le rééquilibrage de l'économie.

Les principales révisions visent le Brésil (-3,5% en 2016 puis 0,0% en 2017, soit respectivement -2,5 point et -2,3 points par rapport aux prévisions précédentes.

Mais le FMI voit toujours l'économie russe rebondir de 1,0% l'an prochain après une nouvelle récession un peu plus marquée en 2016 (-1,0% au lieu de -0,6%).

Selon le Fonds, d'importants risques pèsent sur ces perspectives, liés pour l'essentiel aux ajustements en cours dans l'économie mondiale et plus menaçants pour les pays émergents.

Il cite dans l'ordre, un ralentissement chinois qui serait plus marqué, une appréciation plus forte du dollar et un durcissement des conditions de financement à l'échelle mondiale, le soudaine poussée de l'aversion au risque qui impacterait les pays les plus vulnérables et une escalade des tensions géopolitiques actuelles dans plusieurs régions.

Pour Maurice Obstfeld, responsable des études du FMI, "l'année qui commence sera marquée par de redoutables défis et les gouvernements devront porter leur attention sur la résilience à court terme et les moyens de la renforcer, sans perdre de vue les perspectives de croissance à plus long terme".

(Yann Le Guernigou, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant