Le FMI, nouvel arbitre des conflits Nord-Sud

le
0
Aucun accord international sur les changes n'a pu être trouvé à Washington. Pays émergents et avancés se sont affrontés durement au sein de l'instance d'orientation du Fonds monétaire international.

De notre envoyé spécial à Washington.

La «guerre des monnaies» s'est terminée par un match nul ce week-end à Washington. Les 187 ministres des Finances de la planète, qui participaient aux assemblées annuelles du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, n'ont pu que prendre acte de leurs divergences. Les véritables discussions se sont déroulées dans une enceinte plus étroite, le Comité monétaire et financier international (CMFI), qui regroupe 24 grands argentiers, dont tous ceux du G20.

Le CMFI, qui constitue l'instance d'orientation du FMI, a été le théâtre d'un affrontement «très dur», selon un participant, entre pays avancés et pays émergents. Le communiqué final exprime parfaitement les ranc½urs de chaque camp. Les émergents ont remporté une bataille en obtenant que le FMI «exerce une surveillance plus ferme et impartiale visant à détecter les facteurs de vulnérabilité dans les grands pays avancés». Les États-Unis et l'Eur

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant