Le FMI met garde sur la croissance mondiale

le
1
LE FMI VOIT UN RISQUE DE RALENTISSEMENT DE LA CROISSANCE MONDIALE
LE FMI VOIT UN RISQUE DE RALENTISSEMENT DE LA CROISSANCE MONDIALE

WASHINGTON (Reuters) - Les experts du Fonds monétaire international (FMI) relèvent dans une note des risques accrus de ralentissement de l'économie mondiale et soulignent qu'une combinaison de facteurs, dont les turbulences en Chine et la volatilité sur les marchés financiers, pourrait conduire à une forte révision à la baisse des prévisions de croissance.

Dans ce document rédigé en vue d'une réunion de responsables des Finances du G20 vendredi et samedi à Ankara, en Turquie, les experts du FMI énumèrent un ensemble de menaces pour l'économie mondiale allant d'un renchérissement du dollar à la dépréciation des monnaies des pays émergents, la chute du prix des matières premières et le ralentissement du flux de capitaux.

"Les risques à la baisse deviennent prépondérants et la matérialisation simultanée de certains d'entre eux aurait pour conséquence des prévisions bien plus faibles", lit-on dans la note.

Le FMI a abaissé en juillet ses prévisions de croissance pour 2015 à 3,3% et celles pour la Chine à 6,8%.

Les experts estiment que le gouvernement de Pékin doit poursuivre la libéralisation de son économie en dépit des turbulences sur les marchés financiers.

"Les récentes corrections brutales de la Bourse ne doivent pas décourager les autorités de poursuivre sur la voie des réformes pour donner aux mécanismes de marché un rôle plus important dans l'économie, éliminer les distorsions et renforcer les institutions", écrivent-ils.

Les politiques monétaires accommodantes dans les économies développées ont été "essentielles" pour soutenir la croissance dans les pays du G20 depuis six mois, souligne la note, qui ponte aussi l'importance de réformes structurelles pour améliorer production et productivité.

Les experts estiment en particulier que la Réserve fédérale américaine doit continuer à tenir compte de l'état de l'économie avant d'éventuellement décider de relever ses taux d'intérêt, ce qu'elle pourrait faire lors de sa réunion de politique monétaire des 16 et 17 septembre, pour la première fois depuis 2006.

Ils jugent enfin que la Banque du Japon devrait se préparer à adopter de nouvelles mesures d'assouplissement et que la Banque centrale européenne aura intérêt à étendre son programme de rachat de dette publique à moins que l'inflation, qui montre des signes de stabilisation dans la zone euro, n'augmente de manière significative.

(Krista Hughes; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ccondem1 le jeudi 3 sept 2015 à 08:09

    LOL, tout allait pourtant bien mieux voici à peine plus d'un mois !

Partenaires Taux