Le FMI juge la confiance dans le système financier très fragile

le
1
LE FMI INVITE LES EUROPÉENS À RENFORCER LEURS LIENS BUDGÉTAIRES
LE FMI INVITE LES EUROPÉENS À RENFORCER LEURS LIENS BUDGÉTAIRES

par Anna Yukhananov

TOKYO (Reuters) - Le Fonds monétaire international (FMI) recommande chaudement aux Européens de renforcer le plus vite possible les liens budgétaires et financiers au sein de la zone euro, et ce afin de rétablir une confiance chancelante envers le système financier international.

Dans son rapport semestriel sur la stabilité financière mondiale paru mercredi, le Fonds énonce que la menace la plus grande est la crise de la dette de la zone euro et que les risques menaçant la stabilité financière mondiale ont augmenté ces six derniers mois, résultant en une confiance devenue "très fragile".

Le FMI remarque par ailleurs que les banques européennes se délesteront sans doute de 2.800 milliards de dollars d'actifs du troisième trimestre 2011 à la fin 2013 pour réduire leur exposition au risque, soit 200 milliards de plus que prévu voici six mois, aboutissant à une offre de crédit réduite de 9% dans la périphérie de la zone euro.

Si les autorités européennes ne tiennent pas leurs engagements de créer un organe de surveillance bancaire unique et si les pays de la périphérie de la zone euro ne suivent pas jusqu'au bout leurs programmes de réformes, les délestages pourraient augmenter pour atteindre 4.500 milliards d'euros, l'offre de crédit dans la périphérie diminuant alors de 18%.

La crise de la dette de la zone euro risque également de faire des dégâts dans les pays émergents, qui connaissant déjà un ralentissement de croissance. C'est tout particulièrement vrai pour l'Europe centrale et orientale, en raison de son exposition à la zone euro.

"En dépit des nombreuses mesures importantes déjà prise par les autorités, le compte n'y est toujours pas, exposant la zone euro à une fuite des capitaux doublée d'une peur de l'éclatement et d'un déclin économique", explique le FMI.

Les difficultés de l'Europe doivent servir de leçon aux Etats-Unis et au Japon, deux pays également lourdement endettés, explique Jose Vinals, directeur du département marchés des capitaux et marchés monétaires du FMI et principal auteur du rapport.

Repousser les nécessaires ajustements économiques jusqu'à ce que les marchés forcent la main des Etats concernés aboutit à des "conséquences économiques plus rudes", explique-t-il, ajoutant: "Il ne faut pas laisser les conditions actuelles des marchés, qui se sont améliorés, générer un sentiment de sécurité indu".

"Le choix aujourd'hui est celui-ci: prendre des décisions politiques et économiques dures mais nécessaires ou repousser une fois de plus, dans l'espoir illusoire que le temps joue pour nous; rien n'est plus faux", a ajouté Vinals.

Ce rapport vient s'ajouter à la réduction des prévisions de croissance mondiale publiées mardi, entourant de sombres perspectives son assemblée générale semestrielle qui se tient à Tokyo cette semaine.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dratiser le mercredi 10 oct 2012 à 08:15

    ferait mieux de s'occuper des US Lagourde à croire qu'elle bosse pour eux