Le FMI et la Banque mondiale favorables à une généralisation de la taxe carbone

le
1

(NEWSManagers.com) - La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, plaide dans une

tribune coécrite avec le président de la Banque mondiale, Jim Yong

Kim, et publiée dans le quotidien Le Monde daté du 29 octobre pour une

généralisation de la taxe carbone sur l'émission de CO2. L'instauration

d'une telle taxe ne devrait pas pour autant entraîner une augmentation

de la fiscalité, précisent l'ancienne ministre française et Jim Yong Kim

dans ce texte rédigé à l'approche de la conférence mondiale sur le

climat à Paris (COP21) et intitulé " Tous les Etats doivent taxer le

carbone" .

La Banque mondiale a estimé en 2014 à une quarantaine le nombre de

gouvernements nationaux, dont celui de la Chine, qui ont instauré une

taxe carbone mais il ne s'agit là , d'après les deux signataires, que

" d'étapes initiales" . " La transition vers un avenir plus écologique

exige à la fois l'action des gouvernements et la mise en oeuvre de

mécanismes d'incitation du secteur privé" , écrivent-ils.

" Une réforme du système fiscal doit avoir pour objectif de lever

davantage de taxes sur les combustibles à forte intensité de carbone et

moins d'impôts défavorables à la performance économique" , poursuivent la

directrice du Fonds monétaire international (FMI) et le dirigeant de la

Banque mondiale. Cette taxation du carbone ne doit pas pour

autant " signifier la hausse des contributions fiscales, mais viser à

faire émerger des systèmes d' imposition plus justes et plus efficaces" .

Les taxes " doivent être suffisamment élevées pour que d'ambitieux

objectifs environnementaux soient atteints (...) ; elles doivent

également être stables, afin d'encourager les entreprises et les ménages

à investir dans les technologies propres" , jugent-ils encore.

Dans ce contexte, le FMI et la Banque mondiale annoncent la

création d'un " panel sur la taxation du carbone" , qui réunira chefs

d'Etat, dirigeants municipaux et régionaux et représentants de grandes

entreprises, afin d'amener les pays et les entreprises du monde entier à

mettre un prix sur le carbone" . Et les deux responsables estiment en

conclusion qu'il est urgent d'agir. " Plus nous tarderons, plus il sera

coûteux et difficile de préserver la planète."

Jean-François Tardiveau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • am013 le jeudi 12 nov 2015 à 15:59

    Et allez on est reparti de plus belle dans les taxes....ils ne savent vraiment faire que ca