Le FMI détaille son projet d'allégement de la dette grecque

le
0
    BRUXELLES, 20 mai (Reuters) - Le Fonds monétaire 
international (FMI) souhaite que les pays de la zone euro 
prolongent jusqu'en 2040 le délai de grâce accordé à la Grèce 
sur ses emprunts et reporte l'échéance de ceux-ci à 2080, avec 
un taux fixe jusqu'en 2045, montre un document confidentiel de 
l'organisation.  
    Le document, intitulé "Grèce: note résumée sur la viabilité 
de la dette", constitue la contribution du FMI aux débats à 
venir sur la restructuration de la dette publique d'Athènes, 
censés permettre que les intérêts et les remboursements ne 
plombent pas indéfiniment l'économie.  
    "Le premier objectif clé est de maintenir les besoins bruts 
de financement à l'intérieur de la fourchette de 15% à 20% du 
PIB (...) pendant la période de prévisions", explique le 
document que s'est procuré Reuters. Les prévisions du Fonds 
portent jusqu'en 2060. 
    "Le deuxième objectif est de maintenir le ratio 
d'endettement sur une pente baissière." 
    Pour atteindre ce double objectif, l'organisation dirigée 
par Christine Lagarde propose que les pays de la zone euro 
allongent la période de grâce déjà prévue sur la totalité de 
leurs prêts à la Grèce, afin que cette dernière n'ait à 
débourser ni intérêts ni remboursement du principal avant 2040.  
    Cela reviendrait à prolonger la période de grâce de 20 ans 
pour le premier plan d'aide, de 17 ans pour le deuxième et de 
six ans pour le troisième.  
    Une telle mesure réduirait le poids de l'amortissement de la 
dette d'environ cinq points de produit intérieur brut sur la 
période 2020-2040, pour le ramener de 13% à 8% du PIB, précise 
le document.  
    Le FMI souhaite également que les échéances des prêts 
accordés dans le cadre des trois plans d'aide conclus depuis le 
début de la crise soient reportées à 2080, soit de 40 ans pour 
le premier plan, de 24 ans pour le deuxième et de 20 ans pour le 
troisième.  
    "Cela contribuera à maintenir les besoins bruts de 
financement sous 20% jusqu'en 2060", précise le FMI. 
    Le Fonds précise souhaiter que toutes les modalités soient 
arrêtées dès maintenant, ce qui risque de susciter des 
réticences car l'accord serait lié à des réformes promises par 
Athènes dans le programme actuel mais pas encore appliquées. 
    Plusieurs pays de la zone euro, emmenés par l'Allemagne, 
s'opposent à l'adoption immédiate de décisions à long terme de 
peur de perdre de l'influence sur la Grèce, qui n'a pas respecté 
la totalité de ses engagements dans le passé.  
    "Les modalités de l'allègement de la dette devraient être 
conclues immédiatement", dit le document du FMI, tout en 
esquissant un compromis qui consisterait à assortir l'accord de 
conditions liées à la mise en oeuvre des réformes, avec un 
examen annuel. 
 
 (Jan Strupczewski; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux