Le FMI demande des garanties politiques à Lisbonne

le
0
Le Portugal a obtenu une aide de 78 milliards de l'Europe et du FMI. Mais l'organisation internationale rappelle l'importance du soutien de l'opposition, dans le contexte politique actuel où le premier ministre est démissionnaire.

Le Fonds monétaire international (FMI) se veut prudent. Alors que le premier ministre portugais démissionnaire, Jose Socrates, a annoncé mardi soir avoir scellé un «bon accord» avec les délégations de l'Union européenne et du Fonds monétaire international, l'organisation internationale rappelle que l'opposition doit encore donner son accord.

De fait, l'aide de 78 milliards sur trois ans octroyée par le tandem Union européenne et FMI n'est pas sans contrepartie. En échange de ce soutien, l'UE et le FMI exigent un «programme d'ajustement» comprenant des mesures d'austérité «ambitieuses» et des réformes structurelles engageant les principaux partis au-delà des prochaines élections législatives anticipées du 5 juin. L'accord avec le premier ministre actuel démissionnaire ne suffit donc pas. Il devra être soutenu par les principaux partis d'opposition. Un porte-parole du FMI qui a confirmé hier avoir conclu un accord technique avec le gouvernement portugais sur un

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant