Le FMI attendu sur la Grèce et les démocraties arabes 

le
0
L'organisation financière va être confrontée à deux dossiers urgents qui échappent aux affaires courantes.

Pendant la crise les travaux continuent. Le conseil d'administration, réuni dès lundi à Washington, sous la présidence d'un des trois directeurs adjoints, Naoyuki Shinohara, a décidé de débloquer une nouvelle tranche de 1,58 milliard d'euros en faveur de l'Irlande. À Athènes, Poul Thomsen, le chef de mission du FMI qui supervise le plan d'assainissement, n'a pas hésité à hausser le ton : «Le programme risque de dérailler si de nouvelles réformes structurelles ne sont pas adoptées» pour réduire le déficit, a-t-il annoncé lors d'une conférence de presse. Bref, tout marche comme si de rien n'était.

Mais personne n'est dupe à Washington. L'organisation financière va être confrontée à deux dossiers urgents qui échappent aux affaires courantes. D'un côté la Grèce, pour laquelle il est question de consentir une rallonge de 30 à 60 milliards d'euros, le FMI intervenant conjointement avec l'Union européenne. De l'autre, le «printemps arabe», avec

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant