Le FMI appelle la Chine à freiner la croissance du crédit

le
0
    PEKIN, 12 août (Reuters) - Le Fonds monétaire international 
(FMI) a estimé vendredi que la Chine devait freiner la 
croissance du crédit, qu'il juge intenable sur la durée, et 
pressé Pékin de cesser de financer des entreprises en grande 
difficulté. 
    "La dette des entreprises en Chine est encore gérable mais à 
environ 145% du PIB, elle est élevée quel que soit le critère de 
mesure", a déclaré James Daniel, le chef de la mission du FMI en 
Chine. 
    Le Fonds appelle donc Pékin à s'attaquer aux racines de la 
croissance du crédit, notamment en renonçant à se fixer des 
objectifs de croissance élevés et au laxisme budgétaire, qui 
profite particulièrement aux collectivités locales et aux 
entreprises publiques. 
    "Cela requiert une stratégie globale et des mesures 
décisives pour répondre au problème de la dette des 
entreprises", a ajouté James Daniel. 
    Les entreprises non-financières publiques représentent la 
moitié du crédit bancaire mais seulement 20% de la production 
industrielle, note le rapport, laissant entendre que les 
sociétés publiques non viables doivent être liquidées et celles 
encore viables restructurées. 
    Les défauts et les dégradations de note se sont multipliées 
ces derniers temps en Chine et environ 14% de la dette globale 
concernent des entreprises affichant des profits inférieurs aux 
intérêts de leur dette, précise le rapport du FMI, ajoutant que 
la croissance du crédit est deux fois supérieure à celle du 
produit intérieur brut. 
    Le FMI prévoit que la croissance chinoise atteindra 6,6% 
cette année, un chiffre qui se situe dans la fourchette de 6,5% 
à 7% prévue par Pékin.  
    Mais "la pratique de fixation d'objectifs annuels de 
croissance (plutôt que de prévisions) a eu pour effet d'accorder 
une priorité non-souhaitable aux mesures de soutien de court 
terme et de faible qualité", estime le rapport. 
    Il ajoute que si la Chine continue de fixer des objectifs 
annuels de croissance, ceux-ci devraient être souples, par 
exemple via des fourchettes larges, et tenables. A titre 
d'illustration, il suggère que Pékin pourrait se fixer un 
objectif de croissance d'environ 6% pour 2017.  
    Pour le FMI, les responsables chinois devraient accorder 
moins d'attention aux objectifs de croissance et davantage à 
d'autres indicateurs plus spécifiques, comme la croissance du 
revenu des ménages.  
    Le FMI ajoute s'attendre à ce que la croissance chinoise 
diminue progressivement au fil des ans pour revenir autour de 
5,8% en 2021. 
        
 
 (Sue-Lin Wong; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant