Le FLN rafle la mise aux législatives algériennes

le
0
Les partis islamistes n'ont pas réalisé la percée espérée après le printemps arabe.

Les législatives algériennes du 10 mai 2012, arrangées par le pouvoir comme toutes les élections, devaient apporter la preuve que le printemps arabe est soluble dans la démocratie organisée à Alger. Avec une participation plus forte que celle du dernier scrutin de 2007 et la victoire éclatante du Front de libération nationale (FLN), le parti de l'indépendance, jadis parti unique, aujourd'hui parti présidentiel, demeure le maître du jeu politique. Contre toute attente, les observateurs n'ayant pas prévu cette vague, il a obtenu 220 des 462 sièges à pourvoir.

La poussée des islamistes, qui était censée s'inscrire dans le mouvement régional, a en revanche été contenue. Les partis de l'islam «modéré», à commencer par ceux réunis dans «l'Alliance pour l'Algérie verte» n'obtiennent que 48 députés, c'est-à-dire moins que les 52 sièges que comptait le MSP, fer de lance de cette alliance, dans la précédente législature. Contrairement à ce qui s'est passé e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant