Le fleuron de la dentelle nordiste devient chinois

le
1
LE FLEURON DE LA DENTELLE DE CALAIS DEVIENT CHINOIS
LE FLEURON DE LA DENTELLE DE CALAIS DEVIENT CHINOIS

LILLE (Reuters) - Le tribunal de commerce de Boulogne-sur-mer a désigné jeudi un groupe chinois comme repreneur de l’entreprise de dentelle de Calais Desseilles, fleuron historique de la région fondé en 1847 qui compte encore 74 salariés.

Le projet du groupe Hangzhou Yongshen Holding basé à Shanghaï était le préféré d’une partie des salariés et de la direction de Desseilles, qui fournit les plus grandes marques de haute couture et les têtes couronnées de la planète.

Ce groupe fabrique de la fibre de textile et veut développer une filière habillement. Il annonce la reprise d’une soixantaine d’emplois et le maintien de l’activité à Calais.

Le tribunal de commerce avait étudié trois dossiers de reprise.

Le dossier chinois était en concurrence avec un projet de reprise local, défendu par un dentellier de Caudry (Nord), le groupe Holesco, gestionnaire de la maison de couture Sophie Hallette. Holesco, qui emploie 300 salariés dans plusieurs entreprises du secteur, prévoyait de reprendre 55 salariés et d’investir 2,8 millions d’euros.

Un troisième dossier, moins-disant socialement, avait été déposé par le dentellier Solstiss-Bracq, avec la reprise de 25 salariés.

Desseilles, l’un des derniers ateliers de dentelle haut de gamme, avait été placé en liquidation judiciaire avec poursuite d’activité le 2 mars. L’entreprise a été un fleuron économique de la région de Calais mais elle subit depuis des décennies la crise économique et doit affronter la concurrence asiatique.

Elle avait été placée en redressement judiciaire en 2013 et la condamnation par la justice à réintégrer des délégués syndicaux fin 2015 avait précipité la chute et la liquidation judiciaire.

(Pierre Savary, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 il y a 8 mois

    Lol ..c'est vrai que en France on ne s'intéresse qu'au téléphone