Le fléau de la «faim cachée»

le
0
L'Unicef organise une conférence internationale sur cette calamité, à Paris, jusqu'à ce mercredi.

Moins visible que les épisodes de famine qui frappent régulièrement l'Afrique, la malnutrition chronique a des conséquences tout aussi dramatiques, mais aussi plus durables, pour les enfants qui la subissent. Ce fléau, que les spécialistes nomment la «faim cachée», est un facteur majeur de mortalité infantile, de maladie et de handicap.

«On sait aujourd'hui que les mille premiers jours de l'enfant, de sa conception à sa deuxième année de vie, sont cruciaux pour son devenir», souligne Michèle Barzach, présidente de l'Unicef France. À cet âge, la sous-nutrition réduit fortement les chances de survie de l'enfant, tout en affectant à long terme sa santé et son développement intellectuel. Un retard de croissance à ce moment clé peut provoquer des lésions cérébrales irréversibles et des maladies, comme la cécité due à la carence en vitamine A ou des malformations ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant