Le fisc tombe sur la tête d'Uderzo

le
0
Pour l'administration, le dessinateur ne peut être considéré comme co-auteur d'«Astérix». Cela change sa situation au regard des impôts.

Le 27 décembre, quelle ne fut pas la surprise d'Albert Uder­zo, père d'Astérix avec René Goscinny, de recevoir un courrier de l'administration fiscale le soumettant à un redressement de 203.000 euros. Motif, le fisc considère qu'il n'est pas le co-auteur d'Astérix, mais le «simple illustrateur» des aventures du Gaulois. Et cela a une incidence sur le montant de ses impôts.

À 84 ans, Albert Uderzo n'a pas supporté que «le fisc décide de me considérer simplement comme l'illustrateur d'Astérix et me soumette rétroactivement jusqu'à janvier 2007 à un redressement de 20 % sur l'ensemble des sommes déclarées sur les droits provenant de ces vingt-quatre albums. Pourquoi une telle injustice ? Après cinquante et un ans de bons et loyaux services, voilà que l'on me retire le droit d'être auteur». Pour lui, plus qu'une question d'argent, c'est une question de principe.

Ayant déjà fait l'objet de trois contrôles n'ayant rien donné, «le fisc m'attaque en avançant qu'être illustrateur est une "profession non commerciale", précise-t-il. Je sais que dans la profession, il ne s'agit pas d'une première. Jacques Tardi a eu les mêmes problèmes que moi».

Ce n'est pas tant l'aspect financier de l'affaire qui gêne Uderzo que «la brutalité et le manque de respect avec lesquels, cinquante et un ans après la création d'Astérix, le fisc se réveille et me dénie le droit d'être le co-auteur de mon cher petit Gaulois. Voilà une déchéance que je n'accepte plus à mon âge ! J'ai engagé un avocat spécialiste en droit fiscal et je vais me battre une nouvelle fois !»

L'avocat Emmanuel Pierrat, spécialiste du droit d'auteur et qui a publié un ouvrage sur les ayants droit, ne dit pas autre chose. «C'est absurde !, explique-t-il. Même si je ne connais pas le dossier, je suis franchement perplexe ! Il est clair qu'il existe depuis toujours une dichotomie entre le droit et la sécurité sociale, le droit d'auteur et le droit fiscal, composé de textes amphigouriques datant parfois du XIXe siècle. Tant qu'il n'y aura pas eu d'harmonisation entre ces différents textes législatifs subsisteront de telles âneries. Considérer qu'Albert Uderzo n'est pas le coauteur d'Astérix, cela ne tient pas la route. On dirait presque qu'un contrôleur fiscal à Bercy n'aime pas la BD!».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant