Le fisc durcit le ton contre les fraudeurs

le
4
Le fisc durcit le ton contre les fraudeurs
Le fisc durcit le ton contre les fraudeurs

Sept mois après le scandale mondial des Panama Papers — cette gigantesque affaire de fraude fiscale où les noms de personnalités comme Vladimir Poutine, Lionel Messi ou encore Michel Platini sont apparus —, le fisc français tire une première salve de contrôles ciblés.

 

L'administration vient d'envoyer un courrier à 560 contribuables dont le nom clignote dans l'enquête Panama Papers. En clair : des personnes que Bercy soupçonne d'avoir dissimulé leurs avoirs derrière des sociétés-écrans enregistrées au Panama.

 

« Des courriers leur ont été adressés pour qu'ils clarifient leur situation, expliquait-on hier à Bercy en respectant la présomption d'innocence. Des redressements seront engagés, ou non, selon les éléments de réponse apportés... » Une communication prudente pour le moment mais, dans les faits, le fisc « a sans doute accumulé pas mal de preuves contre les intéressés », s'amuse un haut fonctionnaire. Et une chose est sûre : ces 560 contribuables ne pourront plus frapper à la porte du service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) — mis en place en 2013 pour favoriser le rapatriement en France d'avoirs cachés à l'étranger -- puisque seules peuvent s'y adresser les personnes qui ne font pas l'objet d'une procédure de contrôle.

 

L'argent devrait donc continuer à affluer du Panama vers les caisses de l'Etat français. Au STDR en question, avant même les Panama Papers, le petit Etat d'Amérique du Sud alimentait déjà le rapatriement des avoirs cachés à l'étranger. Au total, 724 repentis fiscaux ont coché la case « Panama » dans leur dossier en 2014 et en 2015, pour un montant de 3,8 Mds€ d'avoirs sortis de l'ombre et 1,2 Md€ de droits et pénalités perçus par le Trésor public.

 

Pour les contribuables toujours hors les clous, l'étau se resserre donc encore un peu plus... D'abord, parce que Bercy pourrait lancer à nouveau ses filets. « Les 560 dossiers ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 il y a 10 mois

    il parait que l'exemple vient d'en haut ...

  • M1945416 il y a 10 mois

    il y a fraude directe et indirecte : Le haut fonctionnaire François Hollande, qui a travaillé pour la Cour des comptes, ne s’est pas mis en indisponibilité mais…en détachement, pour exercer ses fonctions politiquesCe petit détail peut paraître anodin. Simplement, en restant en détachement, François Hollande continue à faire tourner son compteur retraite.

  • herve953 il y a 10 mois

    pour titresyl : Vous êtes à la limite de la diffamation. En revanche pour Cahuzac et Thevenoud la limite de la fraude est bien dépassée sans avoir à diffamer .

  • titresyl il y a 10 mois

    et monsieur Estrosi en fait-il parti ??????