Le fioul domestique, grand oublié de la lutte contre la flambée de l'énergie

le
16
Le fioul domestique, grand oublié de la lutte contre la flambée de l'énergie
Le fioul domestique, grand oublié de la lutte contre la flambée de l'énergie

(AFP) - Le coût du fioul flambe lui aussi de manière préoccupante, mais les millions de foyers qui en dépendent pour se chauffer ne bénéficient pour le moment d'aucune aide similaire à celles prises par le contre la cherté des carburants, du gaz et de l'électricité.

Selon les données de la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC), le prix du litre de fioul domestique est remonté actuellement juste en dessous d'un euro le litre (à 99,6 centimes), tout près de son record historique de mars (1,015 euro).

Cette envolée, qui reflète les cours du pétrole brut et de l'euro, fait exploser les factures des quelque 4 millions de foyers qui utilisent le fioul pour se chauffer, principalement des habitants de communes rurales ou péri-urbaines non reliées aux réseaux de gaz naturel.

Le calcul est vite fait : à près d'un euro le litre, le plein d'une cuve (proche de 1.000 litres en moyenne selon les professionnels) frôle le millier d'euros. La consommation annuelle d'un pavillon de 120 m2 varie elle entre 1.500 et 2.500 litres, soit presque autant d'euros, selon la région et l'isolation du bâtiment.

Alors que l'automne, période phare pour le remplissage des cuves, approche à grands pas, la flambée inquiète les associations de consommateurs.

"Les familles font remplir les cuves de plus en plus tard, et les remplissent de moins en moins, et certaines personnes ne se chauffent plus qu'une journée sur deux ou trois, ce qui a des conséquences sur la santé notamment pour les personnes âgées", affirme Serge Incerti-Formentini, président de la Confédération nationale du logement (CNL).

"Il y a une situation socialement urgente et il faut une réponse à la hauteur des enjeux", ajoute-t-il.

Suppression de la prime à la cuve

Or, alors qu'au nom de la défense du pouvoir d'achat, le gouvernement Ayrault a diminué les prix à la pompe, et plafonné cet été à 2% les hausses des tarifs réglementés du gaz et d'électricité, les ménages se chauffant au fioul, ne bénéficient plus d'aides directes, depuis la suppression il y a deux ans de la prime à la cuve.

Cette aide créée en 2005 était versée aux foyers non imposables et avait été progressivement portée de 75 à 200 euros. Elle a été remplacée l'an dernier par une "prime à la casse" des vieilles chaudières, pour faciliter leur remplacement par des modèles plus performants.

Mais selon la CNL, cette prime à la casse (financée par les fournisseurs), relancée cette année, ne répond pas au fond du problème, vu son montant (de 150 à quelques centaines d'euros, alors qu'un modèle de bonne facture représente un investissement de plusieurs milliers d'euros).

"Malgré un niveau de prix élevé, le coût du chauffage au fioul reste inférieur au propane ou à l'électricité, donc peut-être considère-t-on que ce n'est pas un sujet crucial. Cependant, les efforts qui ont été faits sur les tarifs du gaz et de l'électricité, et les carburants, pourraient laisser penser qu'il faudrait se préoccuper des consommateurs de fioul domestique", abonde Frédéric Plan, délégué général de la Fédération française des carburants, combustibles et chauffage (FF3C).

Une solution serait de baisser la taxe sur le fioul domestique. Mais le ministère de l'Economie et des Finances a écarté une telle mesure, d'après France Info.

Cependant, tout espoir n'est pas perdu pour les consommateurs, la majorité s'apprêtant à aborder la question dans le cadre de la proposition de loi sur la tarification progressive du gaz et de l'électricité, qui devrait être déposée mercredi au Parlement.

Ce texte va "ouvrir le chantier" des énergies dites "hors réseaux" (fioul, GPL, bois...), sans apporter toutefois de réponses concrètes à ce stade, du fait de la complexité du sujet, a dit à l'AFP le député socialiste François Brottes, qui pilote ce dossier.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cmike1 le dimanche 2 sept 2012 à 21:00

    moi bonne vielle chaudière fioul wiessman le trop du top ca me coute 3000 euros par ans environs mais j'ai pas une cage à lapin comme toi mon pote, c'est plutot genre demeure de seigneur que villa pouilleuse de 200 m2 ...mais bref, j'en changerai pour rien au monde, ca chauffe à balle et c'est ca le plus important ...apres chui radin, ca c'est un autre pb, comme tout les riches d'ailleurs ...

  • M8043631 le dimanche 2 sept 2012 à 15:37

    Sans faire de discours sur votre paresse au travail avec le froid vous vous lèverez plus tôt. Sinon une petite laine permet de réduire le chauffage. La guerre économique demande des sacrifice. La réduction autoritaire des prix n'est pas la solution pour réduire significativement la consommation et facilité la recherche des énergies nouvelles.

  • agalich le dimanche 2 sept 2012 à 09:38

    500 euros pour 200 m², c'est cohérent avec mes 200 euros pour 120m², sachant que ma maison est très bien isolée. Dans mon coin pour 120 m², il est courant de se situer entre 250 et 300 euros avec une PAC. C'est même meilleur en géothermie parce que le rendement ne baisse pas trop par grand froid, mais la PAC est plus chère qu'en aérothermie. Pour revenir au fuel, c'est une énergie totalement obsolète pour le chauffage, plus aucune construction neuve ne l'utilise dans ma région.

  • pstl le dimanche 2 sept 2012 à 08:33

    PAC 500e par an pour 200m2 en isolation traditionnelle ... en maison basse consommation on peut tomber pour la même surface à 250/300e.Le HIC la PAC fonctionne à l'électricité et y'a un GROS problème à venir si on remet en cause le programme des centrales nucléaires, on sera bientôt dans l'incapacité de founir la demande.

  • frk987 le samedi 1 sept 2012 à 19:01

    A part le charbon, difficile à trouver aujourd'hui, vous me direz la différence entre le fioul ou le gaz, ne parlons même pas de l'électricité dans un bâtiment ancien non rénovable (style merdouille des années 60) !!!!

  • ONM. le samedi 1 sept 2012 à 14:46

    LAISSONS AGALICH FABULER AVEC SES 200 EURO

  • agalich le samedi 1 sept 2012 à 10:34

    Les accros au fuel sont difficiles à convaincre, j'aimerai que d'autres personnes qui se chauffent avec des PAC témoignent également, je ne veux pas être le seul à prendre des baffes...

  • cmike1 le vendredi 31 aout 2012 à 19:02

    dans tes reves 200 euros par an, arrete ton sketch ...

  • agalich le vendredi 31 aout 2012 à 18:34

    effectivement, il y a de grandes différences entre les pompes à chaleur. Les miennes ont un COP supérieur à 5, tournent sans problèmes par -15°C, et de plus j'habite dans le centre de la France où le climat est bien moins rude que dans le nord-est. J'ajoute également que l'isolation y est sûrement pour quelque chose ...

  • titide le vendredi 31 aout 2012 à 18:32

    avec 200 euros tu chauffes juste la salle de bain !!???