Le financement participatif attire l'?il des régulateurs

le
0
Le «crowdfunding», qui permet de soutenir un projet sur Internet via des dons, des prêts avec ou sans intérêt, souhaite bénéficier d'un «cadre adapté» le différenciant de la finance.

Thierry Roche a réalisé son rêve de créer une brasserie à Paris en récoltant 8500 euros de dons auprès d'internautes pour boucler son budget. Un apiculteur drômois a sollicité des prêts de particuliers pour s'offrir de nouvelles ruches... Venu des États-Unis, le financement participatif («crowdfunding»), qui permet de soutenir un projet sur Internet via des dons, des prêts avec ou sans intérêt, ou en souscrivant au capital d'une start-up, fait recette en France.

«Une trentaine de sites spécialisés ont collecté 40 millions d'euros de fonds l'an dernier et le marché double chaque année», se réjouit François Carbone, président de l'association Financement Participatif France (FPF) et cofondateur du site de financement de start-up Anaxago. À l'échelle mondiale, le crowdfundi...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant