Le financement des partis, enjeu des législatives

le
0
La taille de l'enveloppe publique qui sera versée chaque année aux partis politiques pendant le quinquennat dépendra des résultats obtenus les 10 et 17 juin. Tour d'horizon des enjeux pour les différentes formations.

Les législatives ne connaissent pas la crise. Plus de 6600 candidats tenteront leur chance dimanche lors du premier tour, soit une moyenne de 11 prétendants par circonscription... Un record, comparé aux autres scrutins: lors des cantonales de 2011, par exemple, le ratio n'était que de cinq candidats par poste de conseiller général. Évidemment, batailler pour intégrer la représentation nationale constitue pour les forces politiques un enjeu symbolique important. Mais la réalité de cette multiplication des candidatures est plus prosaïque. En présentant des candidats dans un maximum de circonscriptions, les partis espèrent aussi avoir accès aux aides publiques, calculées en fonction des résultats des législatives.

Première source de financement des partis, les subventions annuelles, régies par une loi de 1988, se décomposent en deux parts. La première enveloppe est répartie en fonction du nombre de voix récoltées: un parti reçoit environ 1,60 euro par an et pa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant