Le fils du président équato-guinéen dénonce la justice française

le
0

PARIS (Reuters) - Le fils du président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang a protesté mercredi contre la décision de deux juges français de demander un mandat d'arrêt international contre lui pour "blanchiment" dans l'enquête sur son patrimoine français.

Dans cette procédure sans précédent concernant un dirigeant africain - Teodorin Obiang est ministre de l'Agriculture - les juges visent son gigantesque patrimoine immobilier et mobilier en France qui, soupçonnent-ils, pourrait avoir été constitué par un pillage de fonds publics.

Teodorin Obiang souhaiterait déposer spontanément devant les juges, mais il ne peut pas le faire car le gouvernement de son pays a refusé l'audition demandée par les juges avant le mandat d'arrêt, explique dans un communiqué mercredi son avocat français, Emmanuel Marsigny.

"Il est dès lors surprenant que les mêmes magistrats qui, sachant ne pouvoir l'entendre sans l'agrément préalable du gouvernement de la République de Guinée équatoriale qu'ils ont eux-mêmes sollicité, considéreraient que nonobstant ce refus, il conviendrait de délivrer un mandat d'arrêt", écrit l'avocat.

Il juge donc "sans fondement" le mandat et profite de l'occasion pour demander des nouvelles des voitures de luxe saisies parmi beaucoup d'autres choses durant l'enquête dans son domicile parisien.

"Saisis depuis plus de six mois d'une demande de restitution des véhicules placés sous scellés fin septembre 2011, les magistrats n'ont toujours pas fait connaître les raisons qui s'opposeraient à cette restitution", écrit Me Marsigny.

Les juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman ont, comme le veut la procédure, demandé au préalable l'avis du procureur dans une ordonnance transmise début mars. Le procureur n'a pas répondu à ce jour. Les juges pourront passer outre à un éventuel avis négatif mais doivent attendre qu'il soit formulé.

Thierry Lévêque, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant