Le fief du Hezbollah frappé dans la banlieue de Beyrouth

le
0
Quelques heures avant, Hassan Nasrallah avait annoncé l'engagement total de son parti auprès de Bachar el-Assad.

«Le Liban n'est pas à l'abri de ce qui se passe en Syrie.» C'est par ces mots qu'un responsable de l'Armée syrienne libre, Ammar el-Wawi, a justifié dimanche les tirs de roquette qui se sont abattus vers 7 heures du matin sur la banlieue sud de Beyrouth, un fief du Hezbollah, quelques heures après un discours du chef du Parti de Dieu annonçant son engagement total auprès de Bachar el-Assad.

«L'implication du Hezbollah (en Syrie) aura d'énormes répercussions. Ce qui s'est passé aujourd'hui est une mise en garde», a assuré le porte-parole des rebelles syriens sur une chaîne libanaise, sans revendiquer clairement l'attaque et tout en annonçant d'autres «sur l'aéroport international, sur Beyrouth et sur Tripoli (la principale ville du nord du Liban)».

Les forces de sécurité libanaises ont retrouvé des lance-roquettes de type Grad abandonnés ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant