Le fichier HSBC sur les évadés fiscaux encore critiqué

le
0
Selon la police judiciaire helvétique le document aurait été modifié entre le moment où il a été transmis aux autorités françaises et sa restitution à la Suisse.

Un coup de plus vient d'être porté au fameux fichier HSBC recensant 3 000 contribuables français ayant un compte caché en Suisse. Un fichier brandi en août 2009 par Éric Woerth, à l'époque ministre du Budget, comme arme anti-évasion fiscale. Mercredi, les autorités suisses ont confirmé une information parue sur le site Internet du Nouvel Observateur selon laquelle le fichier aurait été modifié entre le moment où il a été récupéré et sa restitution à la Suisse quelques mois plus tard. «L'analyse du matériel par la police judiciaire fédérale a démontré que des données avaient été modifiées puisqu'il existait des différences entre le contenu des divers fichiers transmis par les autorités françaises, alors qu'ils auraient dû être en tout point semblables», a déclaré Jeannette Balmer, la porte-parole du ministère public de la Confédération (MPC) helvétique.

Au ministère du Budget, on ne commente pas ce point précis. Mais on souligne avoir travaillé dans les règles de l'art en France, en «n'ayant effectué aucune modification sur le fichier transmis par le juge». Pour Bercy, le fait que 3000 personnes aient été pointées du doigt, alors que le fichier comportait 8000 lignes, s'explique: «ces 8000 lignes correspondaient à 6300 contribuables vivant en France, une personne pouvant être concernée par plusieurs lignes. Sur ces 6300, plus de 3000 avaient des comptes clos ou à encours nuls. Restait donc 3000 contribuables avec des comptes actifs.» Selon le ministère, il n'y aurait pas eu de noms effacés de la liste.

Il n'empêche, ce fichier apparaît de plus en plus fragile. En France, la Cour de cassation a annulé une perquisition du fisc contre un membre de la liste HSBC, au motif que le fichier avait été volé. En l'occurrence par Hervé Falciani, un ancien salarié de la banque. Cela alors que le fisc a lancé des contrôles fiscaux sur les 3000 noms de la liste. Contrôles dont il attend près d'un milliard d'euros de recettes.

LIRE AUSSI:

» Fichier HSBC volé- victoire des contribuables face au fisc

» La chasse aux fraudeurs italiens commence à rapporter gros

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant