Le festival de Cannes d'Éric Cantona

le
0
Le festival de Cannes d'Éric Cantona
Le festival de Cannes d'Éric Cantona

26 juillet 1990, Éric Cantona et l'OM mettent fin à un feuilleton estival palpitant. Alors que tout était bouclé pour que l'homme s'engage avec l'AS Cannes, " Canto " décide finalement de rester dans sa ville natale pour définitivement s'imposer au sein de la plus belle équipe des années 90 : Papin, Stojković, Waddle, Pelé, Tigana, Vercruysse, Mozer, Boli, Pardo, Casoni, etc. Le début de la fin de son histoire d'amour ratée avec son club de cœur, mais aussi et surtout avec le championnat de France. Il ne le sait pas encore, mais l'Angleterre l'attend.

La Croisette a bruissé le temps d'un été avec Éric Cantona dans le premier rôle d'une production dont l'intrigue se déroulait à l'AS Cannes. L'idée était plaisante. Sexy. Risquée. Fin juillet 1990, Cannes ne parle que de lui. Éric Cantona, 24 ans, est sur le point de rejoindre Cannes pour (re)former le duo offensif entrevu à Bordeaux avec Yannick Stopyra. Cantona est un joueur d'instinct, discret dans un groupe, complet, fort physiquement et un athlète hors norme. C'est un gagneur, mais un révolté. En permanence. Le garçon est en situation d'échec à Marseille, sa ville de naissance, alors qu'il officie en attaque avec Jean-Pierre Papin, un binôme qui fonctionne pourtant à merveille en équipe de France. Dans l'histoire, on avance que c'est l'OM qui a relancé l'AS Cannes dans le dossier. Même la mairie de Cannes de l'époque – en bons termes avec Bernard Tapie – s'en mêle et parle d'une transaction faite " à 60% " pour 15 millions de francs échelonnés sur 4 ou 5 ans tout en tablant sur une augmentation sensible de la fréquentation au stade Pierre-de-Coubertin suite à la signature de Canto. En sous-main, c'est Luis Fernandez, un proche de Cantona et de Cannes, qui aurait soumis l'idée. Marseille n'est pas contre. Au contraire. Sur le banc cannois, le Franco-Yougoslave Boro Primorac salive même d'avance à l'idée d'avoir l'enfant terrible du football français dans son escouade : " Si on peut le faire, il faut le faire. Avoir Cantona dans mon effectif, ça m'intéresse. Son caractère ? Je m'en fiche. Des problèmes, j'en ai parfois aussi avec ma femme et mes enfants " blague-t-il dans les colonnes de L'Équipe. Y a plus qu'à, comme on dit.

" Je reste à l'OM "


Le deal ne se fera jamais. Vexé d'avoir été poussé vers la sortie, Cantona décide finalement de rester à Marseille. " Il existe une clause libératoire dans mon contrat. Je n'ai pas souhaité exercer le bénéfice de cette clause. Ce qui signifie, sans équivoque, que je reste à l'OM ", balance-t-il. En réalité, tout était ficelé entre l'OM et l'AS Cannes. Tout sauf une chose. L'avis du joueur. Un détail. Au fond de lui, le joueur est persuadé de réussir à Marseille. Chez lui. Même si l'équipe marseillaise est outillée comme un porte-avions dans le secteur offensif (Papin, Pelé, Vercruysse, Waddle, Stojković), Canto estime qu'il peut y briller. Il serait temps après tout. À part une saison à Auxerre (1986-1987, 13 buts),…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant