Le Festival d'Avignon se veut écolo

le
0
Le Festival d'Avignon se veut écolo
Le Festival d'Avignon se veut écolo

Pour saisir l’ampleur du Festival d'Avignon, dirigé par Olivier Py, notons que cette manifestation, au rayonnement international, réunit près de 3 500 professionnels du spectacle vivant, accueille entre 35 et 50 spectacles différents chaque année et délivre entre 120 000 et 140 000 billets pour les spectacles payants, 20 000 et 30 000 spectateurs dans ses manifestations gratuites. Du côté du OFF, ce sont plus de mille compagnies qui distribuent, chacune, en moyenne 8500 tracts et posent 400 affiches. Le OFF génère plus d'un million de billets vendus.

Lorsqu’un festival produit autant de supports papier, brasse autant de visiteurs, sur une si courte durée (trois semaines au lieu de quatre cette année), et dans une ambiance des plus festives, il est tentant de « demander le programme » en terme de politique écolo.

Impact environnemental

Depuis 5 ans le festival a mis l’accent sur son action environnementale. Il ne s’agit pas seulement d’un effet d’annonce, mais bien d’une mise en place concrète de nombreuses actions visant à améliorer leurs impacts environnementaux. Avec par exemple, l’acquisition de scooters électriques, la mise en place d’un service de navettes pour les festivaliers, des installations de projecteurs LED pour promouvoir des éclairages scéniques plus économes, l’utilisation de papier recyclé ou issu de forêts gérées durablement pour une communication responsable, la vente d'objets promotionnels éco-responsables à la boutique, etc.

La manifestation a également signé pour une réduction et un recyclage de ses déchets avec l’achat de gobelets réutilisables ou encore à travers la mise en place du recyclage des bâches et kakemonos.

Le festival est également membre de COFEES, collectif des festivals Eco-responsables et solidaires en PACA.

Les « Prix Tournesol » du OFF

Ce n’est pas seulement au niveau de son infrastructure que le festival prend une tournure écolo, mais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant