Le ferroviaire mise sur le design et la high-tech pour séduire

le
0

par Natalie Huet BERLIN, 25 septembre (Reuters) - A grands renforts de vitres teintées, de designs artistiques et de divertissements à bord, les constructeurs de trains et leurs fournisseurs tentent de séduire des voyageurs qui ont longtemps pu penser que leur confort passait au second plan. Cette tendance, qui est rendue nécessaire par une concurrence croissante et s'inspire de l'aéronautique, était clairement visible cette semaine au salon ferroviaire InnoTrans de Berlin, le plus important du secteur, où les entreprises ont pu exposer leurs dernières innovations dans un espace représentant l'équivalent de 28 terrains de football. Sur le stand Alstom ALSO.PA , les visiteurs pouvaient ainsi tester le prototype d'un siège haute technologie pour les voyages longues distances, équipé de hauts-parleurs incorporés et d'un plateau transformé en tablette multimédia permettant de s'informer, regarder des vidéos, consulter son itinéraire, commander à manger et même convertir sa fenêtre en écran géant. "Au-delà de la vitesse, on veut que le voyage soit un moment agréable - moins bruyant, plus frais, plus connecté - et que chacun puisse avoir une ambiance individuelle", explique Benoît Perrin, vice-président du marketing chez Alstom Transport. Le ferroviaire se doit d'en faire davantage pour attirer les passagers face à la concurrence croissante des compagnies aériennes à bas-coûts, des autocars ou du covoiturage, souligne-t-il. Alstom et son grand rival canadien Bombardier BBDb.TO prônent également l'utilisation du verre électrochrome, qui peut devenir opaque automatiquement ou à la demande pour réduire l'éblouissement et la chaleur d'une journée ensoleillée. De telles innovations sont coûteuses et leur intégration aux trains pourrait prendre des années, particulièrement en période de restrictions budgétaires. Mais elles illustrent la volonté des constructeurs de trains occidentaux, désormais dépassés par les chinois CNR et CSR en termes de chiffre d'affaires, de se distinguer. Et les opérateurs ferroviaires, qui furent longtemps aux mains des Etats, devront eux faire face à la concurrence au sein de l'Union européenne d'ici à 2019 et donc innover. Les industriels du ferroviaire estiment que le secteur, s'il sait se transformer et répondre aux attentes des voyageurs, a des atouts clés à faire valoir face aux compagnies aériennes, notamment l'absence d'attentes liées aux enregistrements et aux contrôles de sécurité. Alstom, réputé pour son TGV, concentre ses plus grands efforts en matière de design sur ses tramways et ses métros. À Rabat au Maroc, il a orné ses tramways de motifs inspirés de mosaïques. À Reims, il a profilé ses tramways pour évoquer une flûte de champagne. A Dubai, le nez du Citadis est taillé en forme de diamant et le tramway compte trois classes : une "Gold", une "Silver" et une réservée aux femmes et aux enfants. En dehors des villes prospères du Golfe, friandes de designs originaux et de gadgets, les métropoles embouteillées du sud-est asiatique représentent un marché prometteur, selon Yeshpaul Soor, directeur général du fournisseur britannique de divertissements embarqués Volo TV. "Le message serait: pourquoi vouloir rester assis dans des voitures ? Regardez comme la vie est belle !", juge-t-il. Volo TV a équipé des trains longue distance en Australie et au Royaume-Uni avec des écrans individuels tactiles proposant musique et vidéos à la demande. Pour des trajets plus courts à métro, en tramways ou en trains interurbains, il propose ses services à travers des serveurs embarqués auxquels les passagers peuvent se connecter via leur téléphone. Yeshpaul Soor reconnaît que ces offres sont nécessaires dans la mesure où proposer des connexions internet à bord des trains à grande vitesse relève encore du défi. "Les passagers aujourd'hui ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent pas avoir la même qualité d'information à bord d'un train qu'à la maison", souligne Olivier Bourhis, directeur France de Nomad Digital, fournisseur de connexions sans fil récemment choisi par Alstom pour équiper ses trains régionaux en Allemagne. "Nous sommes dans une course à la connectivité", ajoute-t-il. (Benjamin Mallet pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant