Le FC Valence renonce à son nouveau logo, trop proche de celui de Batman

le
0
Le FC Valence renonce à son nouveau logo, trop proche de celui de Batman
Le FC Valence renonce à son nouveau logo, trop proche de celui de Batman

Batman 1. FC Valence 0. C'est un match pour le moins insolite qui a eu lieu entre DC Comics, le propriétaire des droits de l'homme chauve-souris, et le club de football espagnol. L'objet de la discorde ? Le nouveau logo du club valencian, jugé trop proche de l'emblème arboré sur la poitrine du super-héros qui effectuera son retour sur le grand écran en 2016 dans «Batman vs. Superman». 

DC Comics, la société qui détient les droits de Batman va attaquer Valence pour contrefaçon suite à son nouveau logo. pic.twitter.com/ggdcWrDJuy-- L'Actu Foot (@ActuFoot_) November 21, 2014

En 2012, le FC Valence souhaitait déposer une nouvelle version de son logo. Mais, comme l'a révélé le site Plaza Deportiva, DC Comics a fait part de son mécontentement et aurait menacé de poursuivre le club valencian pour contrefaçon auprès de l'Office de l'harmonisation dans le marché intérieur (OHMI), chargé de la protection des marques dans l'Union européenne.

Et peu importe si Batman a fait sa première apparition en 1939 alors que la chauve-souris apparaît sur l'emblème du FC Valence depuis 1922. En fait, le logo proposé par Valence est très différent de celui aperçu dans les films adaptés de Batman. Mais il est beaucoup plus proche de l'emblème arboré par le super-héros dans le dessin animé «Batman, la relève», diffusé entre 1999 et 2001 aux Etats-Unis. 

Batman, la relève (DC Comics)

VIDEO. L'évolution du logo de Batman depuis sa création

Mardi, le club a effectué une mise au point sur son site Internet. Valence a bien cherché à déposer son nouveau logo auprès de l'OHMI en 2012 afin de «l'utiliser pour une nouvelle ligne de vêtements». DC Comics s'est alors opposé à ce dépôt mais la société «n'a pas engagé de poursuite». Depuis, la chauve-souris valencienne «new look» dort tranquillement dans les cartons...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant