Le FC Bruges, ce vieux fantôme du football belge

le
0
Le FC Bruges, ce vieux fantôme du football belge
Le FC Bruges, ce vieux fantôme du football belge

Il y a la nostalgie des plus belles années du football belge dans le FC Bruges de Michel Preud'homme qui retrouve ce jeudi le FK Dnipro Dnipropetrovsk en quart de finale retour de la C3. Cela tombe bien, parce que cela fait tout doucement 22 ans que la Belgique attend de rejoindre le dernier carré d'une compétition européenne. Et 22 ans, c'est un peu longuet...

Un jeudi soir de printemps où Julie Lescaut ne bat pas des records d'audience sur la RTBF n'est pas un jeudi soir ordinaire. C'est peu de le dire pour un pays comme la Belgique, plus habituée au feuilleton policier qu'au rassemblement populaire improvisé dans la foulée d'une victoire un jeudi soir vers 23 heures. Parce qu'en Belgique, les soirées football s'arrêtent presque toujours mi-décembre sur les coups de 20h45. En partie à cause de l'UEFA et de ses matchs trop souvent programmés à 19h, mais surtout à cause du statut de figurant dans lequel se complaisent les clubs belges depuis près d'un quart de siècle. De ce fait-là, la génération Courtois, Hazard et De Bruyne n'a jamais vu l'un de ses représentants dans le dernier carré d'une compétition européenne et a toujours eu du mal à prononcer le nom d'Alex Czerniatynski. Un nom à coucher dehors, mais un joueur symbole de toute une génération. Celle qui gagnait des Coupes d'Europe et participait tous les quatre ans au Mondial. Czernia, plus facile à sortir, n'était pas un esthète et n'avait pas que des amis, mais marquait des buts importants. "Des buts à la Czernia", comme on dit en Belgique. La preuve, c'est qu'il est aujourd'hui encore le dernier homme à avoir envoyé un club belge dans le dernier carré d'une Coupe d'Europe. Presque sur la Lune donc. C'était le 18 mars 1993, avec l'arrière de son crâne contre le Steua Bucarest. Il y a 22 ans Légitimement, les moins de 30 ans ne s'en souviennent pas et les autres ont la mémoire qui flanche. Il est donc temps qu'un club belge se rappelle aux bons souvenirs de ses supporters.
Une madeleine un peu lourde
Si les puristes se souviennent sans mal de la dernière accession du Standard de Liège à ce niveau de la compétition - c'était en 2010 - la vérité oblige à dire que si vous avez moins de 30 ans et que vous êtes belges, vos "bonnes" soirées européennes se résument à des coups d'un soir. Des performances grisantes, mais sans lendemain, des trucs qui font vibrer en Belgique, mais dont personne ne parle à l'étranger. Principalement parce que cela se passe généralement au cœur de l'automne et que tout le monde s'en fout. Parmi les immanquables de votre (post)adolescence, il y a forcément le but et les oreilles de Tomasz…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant