Le FBI enquête sur une autre attaque visant le Parti démocrate

le
0
    WASHINGTON, 29 juillet (Reuters) - Le FBI enquête sur une 
cyberattaque qui a visé une organisation parlementaire 
démocrate, le comité des campagnes législatives de la Chambre 
(DCCC), qui pourrait être liée à celle qui a débouché sur la 
publication de dizaine de milliers de courriels de l'état-major 
démocrate. 
    Le FBI cherche à établir si cette attaque, qui n'avait 
jusque là pas été rendue publique, est liée à celle qui a visé 
la convention démocrate à Cleveland et dont la paternité est 
attribuée par certains experts à des pirates russes, même si 
cette allégation n'a pas été prouvée.   
    Ces attaques sont de nature à alimenter les spéculations 
selon lesquelles Moscou chercherait à influencer le résultat de 
la prochaine élection présidentielle au profit du candidat 
républicain, Donald Trump, présenté comme plus favorable que sa 
rivale Hillary Clinton au président russe Vladimir Poutine. 
    Le Kremlin a réfuté ces accusations, les qualifiant 
"d'histoires à faire peur" inventées par les démocrates. 
  
    Le DCCC est l'organisme qui se charge de lever des fonds 
pour les campagnes électorales des candidats démocrates à la 
Chambre des représentants. 
    L'attaque qui a visé le comité pourrait avoir commencé en 
juin, ont dit deux sources à Reuters. 
    Selon les sources de Reuters, l'adresse IP à partir de 
laquelle l'attaque a été menée ressemble à celle qu'utilise un 
groupe de pirates informatiques liés au gouvernement russe, l'un 
des deux groupes soupçonnés d'avoir mené l'attaque commise 
contre les systèmes informatiques de la convention démocrate de 
Philadelphie. 
    Cette attaque a débouché sur la publication de milliers de 
courriels échangés entre dirigeants démocrates et dont le 
contenu montre que l'état-major du parti a favorisé la 
candidature d'Hillary Clinton au détriment de celle de Bernie 
Sanders.   
    Ces révélations ont conduit le candidat républicain a 
appeler la Russie à retrouver des milliers de courriels 
"manquants" dans la messagerie de son adversaire démocrate, 
Hillary Clinton. 
    Devant le tollé provoqué par ces déclarations, il a 
ultérieurement assuré que ses propos étaient ironiques. 
  
 
 (Joseph Menn, Dustin Volz et Mark Hosenball,; Nicolas Delame 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant