Le FBI électrise la campagne présidentielle américaine

le
1

La réouverture de « l’affaire des emails », qui a empoisonné la campagne de Clinton pendant de longs mois, tombe au pire moment. De son côté, Trump a bien compris que la publication de la lettre du directeur du FBI permet de se relancer.

La campagne présidentielle américaine ronronnait depuis la fin des débats présidentiels, le 19 octobre, nettement dominés par la démocrate Hillary Clinton, mais la publication d’une lettre du directeur du FBI, vendredi 28 octobre, l’a soudainement électrisée. Dans ce courrier adressé à huit présidents de commissions du Sénat et de la Chambre des représentants, tous républicains, James Comey a indiqué que dans le cadre d’une « affaire distincte », la police fédérale « a pris connaissance de l’existence d’emails » nouveaux « semblant pertinents pour l’enquête » relative à l’usage par Mme Clinton d’un serveur privé pendant ses années passées à la tête du département d’Etat.

Cette réouverture de facto de l’affaire qui a empoisonné sa campagne pendant de longs mois tombe au pire moment pour la candidate démocrate. L’ancienne secrétaire d’Etat avait pensé en avoir fini, lorsque le FBI avait décidé, au terme d’une longue enquête, le 5 juillet, qu’en dépit de son « extrême négligence » dans le traitement d’informations classifiées, il ne voyait pas matière à poursuites judiciaires. A moins de deux semaines du scrutin, et alors que la victoire semblait se dessiner chaque jour davantage, la voilà à nouveau sur la défensive.

M. Comey s’est montré particulièrement vague dans sa lettre. « J’ai donné mon accord pour que le FBI prenne les mesures d’enquête appropriées afin de permettre aux enquêteurs d’examiner ces emails et de déterminer s’ils contiennent des informations classifiées », ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wanda6 il y a un mois

    Certains des e-mails révélés mentionnent les liens de Madame Clinton avec Monsieur George Soros, avec l’affaire Benghazi, avec de nombreux financements illégaux, ainsi qu’avec l’État Islamique.