Le FBF pointe les risques sur la croissance de certaines mesures du G20

le
0
(NEWSManagers.com) - La Fédération bancaire française (FBF) s'est félicitée dans un communiqué de la volonté du G20 de mettre en place un système financier plus résistant mais estime toutefois que certaines mesures en discussion " risquent de peser sur la croissance européenne" .

Sur le dossier des normes prudentielles, la FBF souligne que dans les projets actuels du Comité de Bâle, certaines propositions ne conviennent pas et doivent être revues ou retirées. D' une manière plus générale, la FBF insiste pour que la mesure des risques reste à la base de la régulation des activités bancaires et financières, conformément aux principes de Bâle. L' ajout d' un ratio de levier financier au dispositif de Bâle 3,avec l' intention d' en faire une norme obligatoire, est en claire contradiction avec cette approche. Elle soulèverait d' énormes problèmes techniques si l' on veut éviter que les banques européennes ne soient plus contraintes que d' autres banques dans leurs opérations de financement de l' économie.

Par ailleurs, s' il est justifié de surveiller de manière particulière les institutions ou les marchés importants, la mise en place d' un traitement prudentiel spécifique des institutions financières dites systémiques constitue une démarche dangereuse. En effet, elle accrédite l' idée que des institutions pourraient être sauvées en tout état de cause alors même que le G 20 prévoit par ailleurs des mesures constructives de résolution des crises sans impact pour le contribuable.

Enfin, la FBF salue les efforts du G 20 en matière de marchés de gré à gré qui vont dans la bonne direction mais elle souligne l' importance pour l' Europe de jouer pleinement son rôle dans la mise en place des infrastructures, notamment des chambres de compensation pour les dérivés standardisés.
Sur le chapitre des normes comptables, la FBF regrette que le G 20 s' attache uniquement à un objectif de convergence des normes comptables internationales. La qualité de ces normes étant primordiale, " il ne faut pas que le principe de la juste valeur soit encore étendu dans les travaux des normalisateurs américain et européen" . L' extension aux activités de banque de détail en particulier entraînerait une instabilité supplémentaire qui nuirait gravement au financement de l' économie.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant