Le fax tardif, mythe ou réalité ?

le
0
Le fax tardif, mythe ou réalité ?
Le fax tardif, mythe ou réalité ?

Depuis mardi matin, le Real Madrid et Manchester United sont sur les lèvres de tous les fans des dernières heures du mercato. À l'origine des discussions de bureau, l'outil privilégié des transferts à l'arrache : le fameux fax.

" Vous pouvez encore trouver des fax chez nous en magasin ou via notre catalogue, mais la vente est de plus en plus rare... Pour imprimer un document, cela se fait en moins d'une minute. " Depuis son poste de standardiste chez Darty, Raquel évoque la terreur supposée de tous les footballeurs en quête d'un nouveau challenge. À première vue, son utilisation semble simple et efficace, mais devant l'impossibilité de surmonter l'urgence, il est régulièrement montré du doigt. En 2011 déjà, le transfert du milieu offensif Yannick dos Santos Djaló avait fait du boucan dans l'Hexagone. Lâché par le Sporting Portugal pour 1 million d'euros à la disposition de l'OGC Nice, où il disputera même un match amical, l'international portugais avait finalement vu son transfert chez les Aiglons lui échapper. La raison ? Un fax en retard de 4 minutes lors d'une transaction effectuée entre le 31 août et le 1er septembre, pour aboutir à un transfert non homologué. Si quatre ans plus tard, Nice avait finalement consenti à indemniser le Sporting pour ce transfert fantôme, Jean-Pierre Rivière avait sûrement bien retenu le dicton " rien ne sert de courir, il faut partir à point ".

" À part la FIFA, je ne vois pas qui utilise un fax aujourd'hui "


À vrai dire, tout portait à croire que le Real Madrid avait pris le rôle de la tortue dans cette affaire De Gea. Depuis l'été dernier déjà, sa compagne Edurne Garcia lançait les premières allumettes pour faire revenir son gentleman en Espagne : " Bien sûr que je veux qu'il revienne. Plus nous sommes proches, mieux c'est. " Cet été, les choses se sont emballées très tôt. De quoi éveiller des soupçons chez Louis Denolle, agent sportif licencié chez la FFF. " C'était le marronnier de l'été des transferts. Il existe des retards de cinq minutes, c'est vrai, mais ici, penser que cela doive se régler de cette façon, ça me paraît bizarre. On parle là d'un transfert supérieur à 35 millions d'euros, ce n'est pas une somme à prendre à la légère. Pour moi, il y a autre chose derrière cela." Un vieux fax poussiéreux, peut-être ? Louis coupe. "Déjà, il faut arrêter de parler de fax ! C'est fini tout ça, on ne travaille plus par ce biais-là En revanche, il existe une exception. Personnellement, je reçois toujours de la part de la FIFA des courriers par fax sur la commission des statuts du joueur, qui tranche les litiges entre les joueurs et les clubs.…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant