Le faux facturier de Renault: «j'ai dit oui en toute confiance»

le
0
Mis en examen dans la fausse affaire d'espionnage, Michel Luc a émis des fausses factures contre rémunération. Il explique au Parisien avoir fait confiance à Dominique Gevrey, l'un des M. Sécurité de Renault.

«Dans cette affaire, j'ai moi aussi été manipulé», se défend Michel Luc. Dans un entretien au Parisien - Aujourd'hui en France , cet ancien salarié de la société de sécurité Geos, explique pourquoi il a accepté de facturer de fausses prestations à Renault en échange d'une rémunération. Aujourd'hui mis en examen pour «escroquerie en bande organisée, faux, et association de malfaiteurs» dans la fausse affaire d'espionnage , il s'«étonne que Renault se présente en victime».

«Dans le courant de l'été 2010», il aurait été contacté par Dominique Gevrey, également mis en examen dans l'affaire et qu'il «connaissai[t] depuis plusieurs années». «Je n'ai pas réfléchi très longtemps, reconnaît-il. L'entreprise Renault, pour moi, c'est une belle référence. Dominique Gevrey en était son Monsieur Sécurité. Son passé de militaire plaidait en sa faveur. J'ai dit oui en toute confiance.»

Des virements de 30.000 euros maximum

A partir du début du mois de s

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant