Le faux docteur Romand pourrait sortir de prison !

le
0
Jean-Claude Romand, accusé de l'assassinat de ses parents, de son épouse et de ses deux enfants, ainsi que d'une tentative d'assassinat à l'encontre d'une amie, est assis dans le box des accusés pour l'ouverture de son procès, le 25 juin 1996 devant la cour d'assises de l'Ain au palais de justice de Bourg-en-Bresse. Durant plus de quinze ans Jean-Claude Romand avait fait croire qu'il était médecin et qu'il travaillait pour l'Organisation mondiale de la santé à Genève.
Jean-Claude Romand, accusé de l'assassinat de ses parents, de son épouse et de ses deux enfants, ainsi que d'une tentative d'assassinat à l'encontre d'une amie, est assis dans le box des accusés pour l'ouverture de son procès, le 25 juin 1996 devant la cour d'assises de l'Ain au palais de justice de Bourg-en-Bresse. Durant plus de quinze ans Jean-Claude Romand avait fait croire qu'il était médecin et qu'il travaillait pour l'Organisation mondiale de la santé à Genève.

En janvier 1993, le drame avait bouleversé la France. Jean-Claude Romand, 39 ans, qui se faisait passer pour un brillant chercheur à l'OMS (Organisation mondiale de la santé) à Genève, assassine sauvagement toute sa famille. D'abord son épouse, Florence, à coups de rouleau à pâtisserie. Puis ses deux enfants, Caroline, 7 ans, et Antoine 5 ans, avec une carabine 22 Long Rifle, dans leur ferme restaurée de Prévessin-Moëns, un petit village de l'Ain, à la frontière franco-suisse.

Le soir, il regarde tranquillement la télévision, à côté des cadavres. Le lendemain matin, Jean-Claude Romand part déjeuner avec ses parents à Clairvaux-les-Lacs dans le Jura. Après le repas, il les exécute, ainsi que leur chien. Puis il se rend à Paris retrouver son ancienne maîtresse. Il l'entraîne dans la forêt de Fontainebleau et tente de la tuer. Mais ému par les larmes de la jeune femme, il renonce à l'éliminer. Retour à Prévessin-Moëns. Le faux médecin repasse une journée entière à son domicile. Pendant la nuit, il absorbe des barbituriques et met le feu à la maison. Les pompiers le sauvent de justesse.

L'affaire inspire un film, L'Adversaire

Bref, une sordide affaire, d'autant que les enquêteurs découvrent dès le lendemain que Jean-Claude Romand n'a jamais travaillé à l'OMS. Pire encore, il n'est même pas médecin. Il a arrêté ses études en deuxième année à la faculté de Lyon et s'est réinscrit...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant