Le Fatah, au coeur des institutions palestiniennes

le
0
Le président palestinien Mahmoud Abbas, le 9 novembre 2016 à Ramallah ( AFP/Archives / ABBAS MOMANI )
Le président palestinien Mahmoud Abbas, le 9 novembre 2016 à Ramallah ( AFP/Archives / ABBAS MOMANI )

Le Fatah, parti du président palestinien Mahmoud Abbas qui ouvre mardi son premier congrès en sept ans, est au coeur des institutions palestiniennes.

- Le Fatah -

Le Fatah, mouvement laïque membre de l'Internationale socialiste, contrôle depuis 1994 l'Autorité nationale palestinienne (ANP), cantonnée depuis 2007 à la Cisjordanie occupée.

Ce congrès, où la succession de Mahmoud Abbas sera au coeur des discussions, est le septième depuis la création du Fatah en 1959 à Koweït par le leader historique Yasser Arafat. Il doit élire un nouveau comité central de 22 membres et les plus de 120 membres du conseil révolutionnaire, "Parlement" du parti.

Le Fatah est la principale composante de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), créée en 1964 à Jérusalem, regroupant alors les principaux mouvements nationalistes palestiniens et reconnue en 1974 par l'Assemblée générale de l'ONU et la Ligue arabe comme "l'unique représentant légitime du peuple palestinien". Le comité exécutif de l'OLP est la seule instance habilitée à prendre les décisions engageant les Palestiniens, notamment dans le cadre du processus de paix avec Israël.

- L'OLP et l'ANP -

Mahmoud Abbas dirige l'OLP depuis novembre 2004, après la mort d'Arafat. Il a présenté sa démission le 22 août 2015 de son poste de président du comité exécutif, avec plus de la moitié des 18 membres de cette instance. Mais elle ne prendra effet qu'à la tenue d'un Conseil national palestinien (CNP) dont une réunion prévue en septembre 2015 --la première en près de vingt ans-- a été reportée.

L'OLP chapeaute l'ANP, qui siège à Ramallah et a été instaurée le 1er juillet 1994 au retour d'Arafat à Gaza, en terre palestinienne, après 27 ans d'exil, aux termes des accords d'Oslo (1993).

Elle devait en principe laisser place en 1999 à un Etat palestinien.

Mahmoud Abbas a pris en janvier 2005 la suite d'Arafat à la présidence de l'ANP qui exerce des pouvoirs limités sur environ 40% de la Cisjordanie occupée, surtout les centres urbains (Israël conservant 60% du territoire), ainsi que théoriquement sur la bande de Gaza, aujourd'hui aux mains du Hamas.

L'ANP est chargée des près de 5 millions de Palestiniens vivant dans les Territoires tandis que l'OLP se veut représentative de tous les Palestiniens du monde (12,37 millions).

- Le Hamas -

Le Hamas (Mouvement de la résistance islamique, branche des Frères musulmans), fondé en 1987 et opposé aux accords d'Oslo, n'appartient pas à l'OLP. Il a pris le contrôle de Gaza en juin 2007 au prix de combats meurtriers avec le Fatah après s'être vu privé de sa victoire aux législatives de 2006, supplantant au Parlement de l'ANP (Conseil législatif) le parti d'Abbas.

Depuis 2007, l'ANP est cantonnée à la Cisjordanie occupée, son Parlement ne siège plus et le mandat de M. Abbas, expiré en 2009, est prorogé faute d'élections.

Aucune élection générale ne s'est tenue dans les Territoires palestiniens depuis 2006. Le Hamas avait accepté de participer à des municipales prévues début octobre mais elles ont été reportées.

Les divisions Fatah/Hamas ont fait capoter trois accords de réconciliation entre Palestiniens depuis 2011. Mahmoud Abbas a rencontré fin octobre à Doha le chef en exil du Hamas Khaled Mechaal pour la première fois depuis deux ans.

Parallèlement, face à l'impasse du processus de paix, Mahmoud Abbas a obtenu en novembre 2012 le statut, surtout symbolique, d'Etat observateur à l'ONU pour la Palestine.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant