Le fantôme de Ben Barka s'invite au tribunal

le
1
L'opposant marocain Mehdi Ben Barka a disparu à Paris en 1965. Son corps n'a jamais été retrouvé.
L'opposant marocain Mehdi Ben Barka a disparu à Paris en 1965. Son corps n'a jamais été retrouvé.

Le reportage ne dure qu'une minute vingt-trois, mais il a provoqué un incident diplomatique entre la France et le Maroc. Le 22 octobre 2007, alors que le président Sarkozy arrive à Rabat pour une visite officielle, France 3 annonce qu'un juge français a délivré des mandats d'arrêt contre cinq fonctionnaires marocains soupçonnés d'avoir trempé dans l'enlèvement de Mehdi Ben Barka. En octobre 1965, le principal opposant au régime du roi Hassan II s'était volatilisé à Paris sans que son corps soit retrouvé. Sept ans après sa diffusion, le fameux sujet continue à faire des vagues. Ce mardi, le tribunal correctionnel de Paris examine une plainte du journaliste pour "violation du secret des correspondances" visant Maroc Hebdo. La conversation publiée par le magazine aurait été, selon lui, "tronquée" et les "propos dénaturés afin de manipuler l'opinion". Dans la foulée de son reportage, le salarié de France 3 avait été la cible d'une violente campagne de presse. Maroc Hebdo International publiait ainsi un article intitulé "Profession : fouille-merde" avec une photo du journaliste en une tandis que le quotidien Assabah qualifiait carrément le reporter d'"agent des services secrets algériens". Ce ne sont pas les premiers ennuis judiciaires de Joseph Tual, qui enquête depuis vingt ans sur l'affaire Ben Barka. Son travail sur une histoire qui reste taboue au Maroc lui a déjà valu trois plaintes et une interdiction de séjour dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le mardi 16 déc 2014 à 12:27

    un vrai journaliste à connaitre : Joseph TUAL