Le «fait maison» relance la consommation de sel 

le
0
Cérébos et La Baleine innovent pour compenser l'impact des recommandations nutritionnelles.

Du gros sel comme solution antiglisse ? Son utilisation par les particuliers et les commerçants pendant les fortes chutes de neige de décembre a dopé la consommation de sel de table en fin d'année.

Un cadeau de Noël apprécié par les saliniers, confrontés depuis une dizaine d'années à un marché en recul. En huit ans, le marché du sel alimentaire a perdu 16 %, selon les chiffres de SymphonyIRI. L'évolution des modes de vie en est la principale raison. Non seulement les Français cuisinent moins, mais ils utilisent moins de sel dans leur alimentation quotidienne, suivant les recommandations nutritionnelles des autorités sanitaires. Ils n'achètent plus de sel que deux à trois fois par an, soit à peine un kilo par habitant.

De leur côté, les industriels, à l'image d'Unilever, Nestlé et Findus, ont réduit la teneur en sel de leurs aliments et plats cuisinés dans le cadre du Programme national nutrition santé. Ils en ont même fait un argument de leur politique «re

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant