Le fait d'être centenaire est-il lié à l'environnement ou à la génétique ?

le
0
Jean-Marie Robine, directeur de recherches au centre de recherches médecine, sciences, santé, santé mentale et société de Villejuif, vous répond.

La longévité se définit à l'aide de trois paramètres : l'espérance de vie à la naissance, la durée de vie la plus fréquente des adultes et l'âge le plus élevé au décès, ce que les biologistes appellent le maximum life span. Notre espérance de vie est la résultante de deux facteurs : notre probabilité d'atteindre l'âge adulte et la durée de notre vie d'adulte. Estimée entre 20 et 25 ans au néolithique, l'espérance de vie atteint 84,5 ans pour les femmes et 77,8 ans pour les hommes en France en 2009, à environ 2 ans des valeurs records observées au Japon.

Un potentiel de longévité considérable

C'est la diminution de la mortalité des enfants qui explique d'abord la croissance de l'espérance de vie. Aujourd'hui, les âges les plus fréquents au décès se situent entre 85 et 90 ans. Les âges les plus élevés sont beaucoup plus difficiles à estimer ; la plupart des sociétés ne notaient pas précisément les âges au décès avant le XIXe siècle. Toutefo

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant