Le fabuleux destin de Zinédine

le
0
Le fabuleux destin de Zinédine
Le fabuleux destin de Zinédine

Ancien meilleur joueur du monde, désormais entraîneur de légende dans le club le plus célèbre de la planète, Zinédine Zidane réussit tout ce qu'il touche. Ce qui laisse à penser qu'il a été touché par la grâce et que rien ne peut lui résister. Et si sa destinée ne s'arrêtait pas au monde du football, jusqu'où pourrait-il aller ? Prospective à peine exagérée.

Premier entraîneur de l'ère moderne de la Ligue des champions à conserver son titre, Zinédine Zidane enchaîne dès l'automne 2017. Avec le seul Eden Hazard pour recrue, son Real gagne quasiment tous ses matchs et profite du retard à l'allumage du Barça et de l'Atlético pour prendre le large en Liga. À Noël, Cristiano Ronaldo décroche son cinquième Ballon d'or et adoube son coach : " Si je suis encore plus le meilleur joueur du monde qu'avant, c'est grâce à l'entraîneur. Il a presque été aussi bon que moi à son époque, et cela me stimule. " Plus modeste que son attaquant, le Français se contente d'un " c'est bieng " quand Alexandre Ruiz, sur beIN, s'extasie sur sa nouvelle complicité avec CR7, sans oublier de rappeler que "cette saison, profitez-en, tous les matchs de la Ligue des champions sont sur beIN". La routine pour Zizou, qui finit le championnat invaincu avec 10 points d'avance sur Barcelone et s'adjuge une troisième Champions de suite après une victoire 3-0 nette et sans bavure en finale contre le Bayern Munich de Carlo Ancelotti.

Zidane, l'enfant de Villalonga

Ayant fait le tour en Espagne, Zidane accepte l'offre de la FFF de reprendre l'équipe de France en juillet 2018, Didier Deschamps ayant démissionné après l'élimination surprise en huitièmes de finale contre le Mexique dont le sélectionneur adjoint n'est autre qu'André-Pierre Gignac. L'ancien numéro 10 fait ce qu'il a toujours fait : gagner, tranquillou. Après un tour de chauffe à l'Euro 2020, une demi-finale, l'équipe de France version Zidane s'adjuge la Coupe du monde au Qatar. Avec un parcours d'anthologie qui voit les Bleus sortir successivement le Brésil, l'Espagne, l'Allemagne et l'Argentine grâce à un Amine Harit en feu et à la gestuelle curieusement similaire à celle de son sélectionneur. Au micro de TF1, ce dernier reste modeste : " Bon, eh bieng ça c'est fait, je vais pouvoir me focaliser sereinement sur les courses de Noël pour mes enfants.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant