Le Dynamo éteint Guingamp

le
0
Le Dynamo éteint Guingamp
Le Dynamo éteint Guingamp

Au terme d'une partie compliquée par la météo, des débordements en tribunes et fort engagement physique, Guingamp laisse filer la qualification vers les huitièmes du côté de Kiev (3-1).


Dynamo Kiev - Guingamp
(3-1)

L. Teodorczyk (31'), V. Buyalskyi (46'), O. Gusev (74') pour Dynamo Kiev , C. Mandanne (66') pour Guingamp.


Les Ukrainiens n'ont pas mis longtemps à donner le véritable ton de ce match typique de l'hiver : il se fera les yeux plissés, sourcils froncés. Par la pluie, la neige fondue ensuite, la neige et la douleur surtout, dans un pays qui, aujourd'hui, peut malheureusement se targuer d'un certain savoir-faire en la matière. 33 secondes après le coup d'envoi, la semelle de Rybalka trouve la carotide de Mandanne et n'est sanctionné que d'un jaune alors que le rouge aurait paru trop clément. Au bout de deux minutes, Shovkovsky, autoritaire dans les airs, retombe sur Dragovic, échoué au bord du terrain comme une baleine sur la mauvaise plage. Et deux minutes plus tard, la cuisse de Miguel Veloso lâche.
Teodorczyk, le bon suppléant
Tous les contacts font mal, sont rudes. Techniquement, c'est pas la joie. Les séquences de conservation sont rares, avec le premier rideau de Guingamp tanké au niveau de la ligne médiane pendant une grosse partie de la première période. Les Ukrainiens, plutôt patauds balle au pied, ont bien du mal à percer le verrou breton. Quand Lössl repousse des poings un très bon coup franc puissant et cadré de Rybalka (7e), Teodorczyk volleye ensuite maladroitement au point de pénalty (20e). Pendant que Lössl rassure, dans les airs, au sol, les soldats de Gourvennec se découvrent peu. Pied et Jacobsen arrivent à combiner à droite, Giresse à gauche, mais sans inquiéter le gardien du Dynamo. Pas de quoi écarquiller les yeux non plus. Toujours plissés. Surtout qu'à partir de la demi-heure de jeu, l'En Avant s'arrête. Plus léger au marquage, la punition est immédiate. Sur corner, Teodorczyk se joue de Beauvue et ouvre le score de la tête, au premier poteau déserté bizarrement par Jacobsen (30e). Peut-être aveuglé par la belle histoire bretonne, on se rend compte que ce simple but qualifie déjà Kiev vers les huitièmes. Et les motifs d'espoirs sont...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant