Le drone, entre jouet et jeux interdits

le
0
Le Bebop Drone, de Parrot.
Le Bebop Drone, de Parrot.

Où se situe la ligne jaune pour le pilote de drone qui va recevoir comme cadeau de Noël le dernier-né Bebop Drone de Parrot ? Car il est, ni plus ni moins, une caméra haute définition volante, permettant de filmer une descente à ski, un parcours d'escalade, un surf en skateboard, etc. Des applications plus domestiques sont possibles comme la vérification d'une toiture sans utiliser d'échelle, ou même, dans un appartement, pour aller voir la quantité de poussière accumulée sur le dessus non visible des armoires... Dans un jardin, la vue panoramique à 180 degrés offerte par l'objectif fisheye permet aussi de plonger dans celui du voisin. Même en restant à moins de 150 mètres de hauteur, on passe alors de l'autre côté de la ligne jaune réglementaire qui impose le respect de la vie privée et l'usage hors agglomération de cette catégorie de drone. Dans la vraie vie, c'est très difficile à respecter d'autant plus que le pilotage de ce quadricoptère est d'une facilité déconcertante. En fait, il ne se pilote pas : son utilisateur se contente de lui donner des instructions (décollage, atterrissage, translation, vol stationnaire, etc.) et d'orienter la caméra haute définition depuis une télécommande que chacun possède déjà. N'importe quel smartphone ou tablette fait en effet l'affaire, une fois l'application FreeFlight chargée. Le Bebop Drone est doté d'un pilote automatique aux performances proches de celles des derniers hélicoptères...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant