Le droit à la contraception menacé ?

le
0
Le droit à la contraception menacé ?
Le droit à la contraception menacé ?

Demain, les pharmaciens pourront-ils refuser de délivrer la pilule ou le préservatif ? Le débat enfle sur les réseaux sociaux. L'étincelle est partie d'un article glissé dans la nouvelle mouture du Code de déontologie que l'Ordre national des pharmaciens soumet au vote des 75 000 professionnels du secteur jusqu'au 31 août. On y indique que « le pharmacien peut refuser d'effectuer un acte pharmaceutique susceptible d'attenter à la vie humaine ».

Cette nouvelle disposition, qui prévaut chez les médecins pour l'IVG, ne manque pas d'inquiéter la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol. « Toute la question est de savoir ce que l'on considère comme une atteinte à la vie humaine. Les courants traditionalistes estiment, par exemple, que la contraception en est une. Or, mon rôle est de veiller à ce que rien ne puisse remettre en cause l'accès à la contraception ou à l'IVG, malgré un climat international très défavorable aux droits des femmes. » Mêmes craintes du côté des féministes. « Pour moi, la seule conscience qui doit s'exprimer, c'est celle des femmes », affirme Marie Allibert, porte-parole d'Osez le féminisme !

A la ministre de trancher

Pour préserver le droit des patients, un petit groupe de pharmaciens a lancé une pétition sur les réseaux sociaux, qui a déjà reçu 9 000 soutiens. Un procès d'intention totalement injustifié, assure pourtant Isabelle Adenot, la présidente de l'Ordre. « Le préservatif est là pour préserver la vie humaine, pas pour la tuer », rappelle-t-elle, amère. « La problématique de la clause de conscience ne se situe pas du tout autour de la contraception mais de la fin de vie. » N'empêche.

En mai, un professionnel girondin a été suspendu pendant une semaine pour avoir refusé de distribuer des contraceptifs. « La conscience professionnelle ne doit intervenir que pour éviter de mettre la vie du patient en danger, pas pour imposer nos croyances ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant