Le drapeau russe hissé au siège du gouvernement de Crimée

le
1
TENSIONS EN CRIMÉE
TENSIONS EN CRIMÉE

SIMFEROPOL Ukraine (Reuters) - Des hommes armés se sont emparés du siège du gouvernement et du Parlement de Crimée, région autonome d'Ukraine, où il ont hissé le drapeau russe.

Les portes de l'assemblée régionale de Simféropol ont été bloquées de l'intérieur à l'aide de tables et de chaises et personne n'a pu y pénétrer, rapporte un correspondant de Reuters sur place.

Selon un témoin cité par l'agence de presse Interfax, une soixantaine de personnes se trouvent à l'intérieur et beaucoup sont armées. La prise du bâtiment au petit matin n'a pas fait de victimes, précise-t-il.

"J'ai entendu des coup de feu cette nuit. Je suis descendu et j'ai vu plein de gens entrer. Certains sont partis depuis. Je ne sais pas combien sont encore à l'intérieur", a déclaré un autre témoin interrogé par Reuters.

"On m'a dit que les bâtiments du Parlement et du Conseil des ministres ont été occupés par des hommes armés en uniformes qui ne portent pas d'insigne reconnaissable. Ils n'ont pour l'instant pas formulé de revendication", rapporte par ailleurs le dirigeant tatar Refat Tchoubarov sur Facebook, selon l'agence russe.

La veille, Simféropol avait été le théâtre d'une confrontation entre partisans des nouvelles autorités ukrainiennes et séparatistes pro-russes, dont Kiev redoute qu'il ne fassent sécession.

La Crimée, cédée à l'Ukraine en 1954 par Nikita Khrouchtchev, est peuplée majoritairement de Russes de souche, hostiles aux nouvelles autorités ukrainiennes, mais les Tatars, ethnie locale d'origine turque déportée en Asie centrale sous Staline, y sont en revanche favorables.

A Kiev, ont craint désormais que la région autonome, où se trouve le port d'attache de la flotte russe de la mer Noire, ne fasse sécession.

Plusieurs milliers de partisans des deux camps ont manifesté mercredi devant le Parlement régional de Simféropol, réuni en séance extraordinaire à la demande des élus pro-russes pour un débat sur la destitution du président Viktor Ianoukovitch votée samedi par la Rada, l'Assemblée nationale.

Les deux groupes ont été tenus à distance l'un de l'autre par un cordon de police

(Richard Balmforth; Julien Dury, Marine Pennetier et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • birmon le jeudi 27 fév 2014 à 11:23

    Les nouvelles autorités de Kiev ont pour seule légitimité la rue. Pourquoi la Crimée se soumettrat-elle à la rue de KIv ? Les nominations par acclamation sur la place de la révolution ne sont nullement démocratiques.