Le dossier Madoff plombe le résultat de JPMorgan Chase

le
0
LE BÉNÉFICE TRIMESTRIEL DE JPMORGAN CHASE EN BAISSE
LE BÉNÉFICE TRIMESTRIEL DE JPMORGAN CHASE EN BAISSE

NEW YORK (Reuters) - JPMorgan Chase a annoncé mardi un bénéfice trimestriel en baisse de 7,3%, la première banque américaine par l'actif ayant dû s'acquitter d'une amende pour n'avoir pas fait état de soupçons d'escroquerie concernant son client Bernard Madoff, au coeur d'un scandale mémorable de pyramide de Ponzi.

Le bénéfice net du quatrième trimestre est ressorti à 5,28 milliards de dollars (3,86 milliards d'euros), soit 1,30 dollar par action contre 1,39 dollar de BPA sur la période comparable de 2012.

Les analystes anticipaient en moyenne un BPA de 1,35 dollar, selon Thomson Reuters I/B/E/S. On ne savait pas dans l'immédiat si les chiffres annoncés pouvaient s'y référer.

Les éléments exceptionnels mis en lumière par la banque ont retranché 10 cents au bénéfice trimestriel, alors que le trimestre comparable de 2012 avait vu le résultat bénéficier d'un rajout exceptionnel de deux cents.

Ce solde prend en compte en particulier une plus-value de 21 cents tirée de la vente d'actions Visa et de 8 cents tirée de la vente du One Chase Manhattan Plaza et d'une charge de 27 cents liée à des frais juridiques tenant, entre autres, au règlement du contentieux Madoff.

La banque a accepté la semaine dernière de débourser 2,6 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros) pour régler des contentieux avec l'Etat et avec le secteur privé tenant à sa gestion des comptes de Madoff.

L'établissement a convenu de payer une vingtaine de milliards de dollars l'an passé pour régler divers contentieux devant les tribunaux.

"Il y allait de l'intérêt de la société et de nos actionnaires de reconnaître notre responsabilité, de résoudre ces questions et d'aller de l'avant", a déclaré dans un communiqué le PDG Jamie Dimon.

L'action variait peu en avant-Bourse.

Elle a gagné 33% en 2013, à peu près la hausse (35%) de l'indice KBW des bancaires et un peu plus que la hausse de 29% de l'indice Standard & Poor's 500.

Elle se traite ce mois-ci à ses niveaux les meilleurs depuis 2000.

David Henry et Lauren Tara LaCapra, avec Tanya Agrawal ; Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant