Le djihadiste Abdelhamid Abaaoud, entre la Syrie et l'Europe

le , mis à jour à 16:07
6
RPT-LE DJIHADISTE ABDELHAMID ABAAOUD, ENTRE LA SYRIE ET L'EUROPE
RPT-LE DJIHADISTE ABDELHAMID ABAAOUD, ENTRE LA SYRIE ET L'EUROPE

par Alastair Macdonald et Robert-Jan Bartunek

BRUXELLES (Reuters) - Le djihadiste Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats de Paris, se vantait au début de l'année de la facilité avec laquelle il pouvait se rendre de Syrie en Europe pour y préparer des attentats.

Cet homme de 28 ans d'origine marocaine est le plus connu des 350 ressortissants belges partis en Syrie pour mener le "djihad" dans les rangs du groupe Etat islamique (EI).

Il doit notamment sa notoriété à ses apparitions dans des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, où il s'est vanté d'avoir organisé plusieurs attentats en Europe. L'une d'elles le montre au volant d'une camionnette à laquelle sont attachés les corps ensanglantés de prisonniers des djihadistes.

Sous son nom de guerre d'Abou Omar al Baljiki ("Le Belge"), Abdelhamid Abaaoud racontait en février sur internet, dans le magazine en langue anglaise de l'EI, comment il s'était rendu le mois précédent en Belgique pour préparer des attaques avec deux autres islamistes, tués lors d'un raid de la police belge en janvier à Verviers.

Il était fier d'avoir pu regagner l'Europe sans problème alors que son visage était connu et largement diffusé dans la presse.

"J'ai vu tout à coup ma photo dans tous les médias mais, alhamdoulillah (grâce soit rendue à Dieu), les kouffar (infidèles) étaient rendus aveugles par Allah", disait-il. "J'ai même été arrêté par un policier qui a regardé la photo qu'il avait de moi mais il n'a pas vu la ressemblance et m'a laissé repartir. Ce n'était rien d'autre qu'un bienfait d'Allah."

Ce bon élève, qui a 12 ans avait obtenu une bourse d'étude dans un collège catholique réputé à quelques kilomètres du magasin de vêtements de ses parents à Molenbeek, dans l'agglomération de Bruxelles, avait ensuite travaillé avec son père, avant de disparaître du jour au lendemain en 2013 et de réapparaître en Syrie.

"CONTRE LES CROISÉS"

Son père l'avait alors renié et l'avait accusé d'avoir enlevé son jeune frère de 13 ans, présenté par les médias de l'EI comme le plus jeune combattant djihadiste en Syrie.

Les services de sécurité pensent qu'Abaaoud est probablement revenu brièvement en Europe dès la fin 2013, puis une nouvelle fois avant l'attaque contre le magazine français Charlie Hebdo en janvier dernier.

Une semaine plus tard, les deux complices qui l'avaient accompagné à son retour de Syrie étaient tués par les forces de sécurité belges dans la ville de Verviers, dans l'est de la Belgique. Selon les autorités, ce réseau préparait l'enlèvement et l'assassinat d'un policier belge.

Dans une interview sur internet au magazine djihadiste Dabiq, probablement à son retour en Syrie, Abaaoud révélait qu'il avait voyagé avec ces deux "martyrs", Sofiane A. et Khalid B.

"Nous avons passé des mois à chercher un passage pour nous rendre en Europe et, par la force d'Allah, nous avons pu finalement gagner la Belgique", racontait-il. Les services de sécurité pensent que le trio est passé par la Grèce.

En Belgique, "nous avons pu nous procurer des armes et une planque sûre pour préparer nos opérations contre les croisés."

"Les kouffar, avec plus de 150 soldats des forces spéciales belges et françaises, ont attaqué (cette planque). Après une fusillade qui a duré environ dix minutes, nos deux frères ont été récompensés de la palme du martyre qu'ils avaient tant désirée."

"Mon nom et ma photo étaient partout dans la presse et pourtant j'ai pu rester chez eux (les croisés), préparer des opérations contre eux et ensuite repartir sans problème."

"BRIGADE FRANCOPHONE"

Les services français et belges pensent qu'Abaaoud est impliqué dans trois autres affaires de terrorisme. Il était ainsi en contact avec Mehdi Nemmouche, le Français qui a tué quatre personnes au Musée juif de Bruxelles en mai 2014.

Il est aussi soupçonné d'avoir joué un rôle dans un projet d'attentat contre une église de la banlieue parisienne en avril dernier et dans l'attaque du train Thalys Amsterdam-Paris fin août.

Selon des sources françaises, un djihadiste interrogé en août à son retour de Syrie a déclaré qu'Abaaoud lui avait donné l'ordre de gagner la France via Prague et de préparer un attentat en choisissant une cible facile, comme une salle de concert, afin de faire le maximum de victimes.

Selon Roland Jacquard, spécialiste français des questions de sécurité, Abaaoud, sous les ordres du Français Salim Benghalem, a fait partie d'une brigade francophone de l'EI à Rakka, dans le nord de la Syrie, prise pour cible par des frappes aériennes françaises le mois dernier.

Selon la presse belge, Abdelhamid Abaaoud avait été incarcéré en 2010 pour vol et avait alors rencontré Salah Abdeslam, un homme de 26 ans également originaire de Molenbeek et actuellement recherché pour sa possible implication dans les attentats de vendredi dernier à Paris et Saint-Denis, qui ont fait 129 morts et plus de 350 blessés.

Le frère aîné de Salah Abdeslam, Brahim, 31 ans, est l'auteur de l'attentat suicide contre un café du XIe arrondissement, le Comptoir Voltaire, vendredi dernier.

Le bar que les frères Abdeslam tenaient à Molenbeek a été fermé cet été après la découverte d'un trafic de drogue. Selon le journal belge Le Soir qui cite des sources judiciaires, tous deux s'étaient radicalisés et avaient attiré sur eux l'attention des services de renseignement.

Brahim Abdeslam s'était rendu en Turquie dans l'espoir de gagner ensuite la Syrie mais avait été arrêté et expulsé par les Turcs, puis interrogé à son retour en Belgique. Son frère Salah avait aussi été interrogé par les policiers.

(Avec John O'Donnell à Francfort et John Irish à Paris, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le mercredi 18 nov 2015 à 17:14

    ainsi on ne peut dire le mot ta.rés sans foi ni loi... et que leurs cousins germains officiaient dans les années 30-40...

  • bearnhar le mercredi 18 nov 2015 à 16:49

    C'est curieux, des Français sont partis en Syrie, mais ceux qui reviennent sont systématiquement les memes. Je vois pas de dominique martin ou de jean-luc dupont, 100% des cas sont ainsi.

  • laurus le mercredi 18 nov 2015 à 16:32

    "Un bon p'tit gars, très gentil, poli et toujours serviable", d'après ses voisins.

  • M9456028 le mercredi 18 nov 2015 à 16:26

    fiche S comme " Star " ....IL a la moitié du 93 avec lui .....

  • 35924358 le mercredi 18 nov 2015 à 16:17

    Entre la Syrie et l'Europe ? Il est donc en Turquie.

  • 35924358 le mercredi 18 nov 2015 à 16:04

    Carte S ==> S comme Sortie du territoire. Les candidats au terrorisme = Retour au bercail. Hors d'Europe