Le dividende au centre de l'assemblée générale de France Télécom

le
1

PARIS (Reuters) - France Télécom tient ce mardi une assemblée générale appelée notamment à se prononcer sur une résolution des salariés en faveur d'une baisse du dividende dès cette année.

L'opérateur souhaite verser à ses actionnaires un dividende de 1,40 euro au titre de 2011, inchangé par rapport aux trois années précédentes, avant l'ajustement annoncé pour 2012 et 2013 afin de faire face à la guerre des prix provoquée par l'arrivée de Free sur le marché français du mobile.

Plusieurs syndicats militent cependant pour un abaissement dès cette année pour permettre à France Télécom de faire face à ses lourds besoins d'investissements tout en préservant les emplois dans la filière.

Pour la première fois, les actionnaires de France Télécom sont donc appelés à trancher entre deux résolutions : celle du conseil d'administration proposant un dividende stable à 1,40 euro et celle des actionnaires salariés en faveur d'un dividende de 1,00 euro.

Selon les données Thomson Reuters, le personnel de France Télécom possède environ 4,8% du capital via le fonds d'épargne du groupe et la détention d'actions gratuites. Il est le deuxième actionnaire de l'opérateur derrière l'Etat français - près de 27% du capital - dont le vote sera déterminant.

Pour tenter de faire pencher la balance en leur faveur, les représentants syndicaux ont plaidé leur cause auprès du ministère des Petites et Moyennes entreprises, de l'Innovation et de l'Economie numérique.

Ils manifestaient également devant la salle du Palais des Congrès où a débuté à 16h00 l'Assemblée générale du groupe, certains entonnant le refrain de "la Vie en Rose" d'Edith Piaf, transformée pour l'occasion en "la vie en orange".

CONTEXTE CHAHUTÉ

"Les personnels de France Télécom-Orange espèrent que la majorité des actionnaires, copropriétaires de l'entreprise, voteront pour le dividende à un euro, seule option raisonnable dans le contexte économique actuel", pouvait-on lire dans un tract de la CFE-CGC Unsa et de l'Association pour la défense de l'épargne et de l'actionnariat des salariés de France Télécom-Orange.

Ils soulignent que la baisse proposée du dividende permettrait à France Télécom de renforcer ses fonds propres à hauteur d'un milliard d'euros dans un contexte chahuté pour l'opérateur historique.

Bousculé par le lancement éclair de Free mobile, dont les offres mobiles à bas coûts, ont séduit 2,6 millions de clients en à peine trois mois, France Télécom a perdu 615.000 clients dans le mobile au premier trimestre.

Le groupe, dont le titre abandonne 15,8% depuis le début de l'année, prévoit un net recul de son cash flow opérationnel en 2012 à 8 milliards d'euros, imputable à hauteur d'un milliard d'euros à la baisse attendue de son Ebitda.

Plusieurs de ses concurrents ont, eux, choisi de tailler dans leur dividende dès cette année.

La maison mère de SFR, Vivendi, va ainsi verser un dividende d'un euro par action en numéraire au titre de 2011 - contre 1,40 euro pour l'exercice 2010 - plus une action gratuite par 30 actions détenues.

L'opérateur espagnol Telefonica a également abaissé en décembre son objectif pour le dividende qu'il versera au titre de 2012 dans le but de contrôler sa dette dans un contexte de croissance économique molle en Espagne.

Gwénaëlle Barzic, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • zoila5 le mardi 5 juin 2012 à 17:52

    une entreprise dirigée par les syndicats ne peut que décevoir ses actionnaires! voyez dans quel état, ils ont mis air france avec l'aide de gourgeon. SR va jouer les gourgeon!